Les masques réduisent les risques, peu importe les lois

Notre contexte

En décembre 2019 et janvier 2020, alors que les menaces d’une pandémie liée au COVID-19 se font de plus en plus visibles, on ne nous en dit rien ou presque et l’OMS tarde à déclencher l’alerte. En mars 2020, Macron se rend au théâtre et affirme que tout va bien et qu’il faut continuer à sortir. Peu après, il décrète l’état d’urgence sanitaire, la guerre au virus et le confinement généralisé. Il en prolongera ensuite la durée. Très récemment, début juillet, une grande majorité d’entreprises ont mis au fin au télétravail au même moment, comme si cela relevait de décisions soudaines et spontanées alors même que le fait que cela soit aussi généralisé montre qu’il y a des formes de concertation et coordination.

Depuis le début de la crise liée au COVID-19, le gouvernement français, comme d’autres, privilégient la stratégie du choc et l’annonce de décisions soudaines prises dans l’urgence, comme si elles étaient plus susceptibles d’être accepté par l’opinion public ainsi. On peut supposer qu’il en va ainsi parce que de fait ils naviguent à vue et qu’ils n’ont pas de scénario pré-établis. On peut aussi avoir l’impression que les divers revirements et retournements (au départ on nous disait que les masques ne servaient à rien, maintenant ils sont obligatoires…) sont avant tout des manières de gouverner, de faire appliquer telles ou telles décisions. Dans tous les cas, on nous laisse dans l’ignorance la plus complète et dans l’incapacité d’être responsables individuellement et collectivement, peu importe les lois et les interdictions en vigueur. Faire attention, se soigner, réduire les risques pour nous comme pour les autres, cela ne devrait pas avoir besoin de législations, d’amendes et de lois.

Une interdiction de plus c’est encore pour le gouvernement une manière de simuler le soin plutôt qu’autre chose. Les masques protègent, les amendes pèsent, et dans tous les cas on sait que cela ne sera pas suffisant. Depuis le 11 mai, rien n’a été fait ou presque pour les soignants-tes et les hôpitaux. Dès lors, il y a quelque chose dautant plus insultant et profondément incapacitant à se voir ainsi manipulé et condamné à faire ce qui est autorisé ou interdit, en fonction des législations en cours, comme si de cela dépendait notre santé. Dans ce cadre, nous dépendons directement des mesures pour savoir ce qu’il en est du virus, et de sa circulation. Il est bien difficile, sans suivre ce qu’en disent ceux qui gouvernent, d’avoir une forme de perception un peu juste et assurée de là où en sont les choses. Pendant un temps, il semblait que tout allait bien, et depuis peu les annonces d’alertes se multiplient, dans les médias français et ailleurs. On n’a jamais vraiment su si cela c’était calmé..

Il y a pourtant un grand enjeu à continuer d’essayer de ne pas dépendre des revirements du gouvernement et d’avoir une forme de perception autonome des décisions législatives sur l’état de l’épidémie. C’est d’autant plus nécessaire qu’on ne saurait faire confiance à ce qui nous est annoncé et transmis. Comment savoir combien sont malades? Si les hôpitaux sont surchargés ou non? Actuellement, par exemple, on ne sait pas vraiment s’il y aura assez de masques en automne et en hiver, et on sait par contre qu’une pénurie de gants en caoutchouc et latex (indispensables aux soins hospitaliers et dans les EPHAD) se dessine car la Malaise, principal pays producteur, a fermé ses frontières(il en est question depuis un moment, et cela continue: https://www.journaldequebec.com/2020/05/14/covid-19-penurie-de-gants-a-prevoir).

Dès le 1er août 2020, alors même que dans beaucoup d’endroits le port de masque a grandement diminué voire disparu, ils seront obligatoires dans les lieux publics clos en France. Quoiqu’il en soit des lois, il faut bien admettre que le coronavirus actuel se propage principalement par voie aérienne, et les masques diminuent grandement la possibilité d’être infecté. Il n’y a ici comme ailleurs pas de risques zéro mais des pratiques et des gestes qui peuvent nous aider à réduire les risques d’être malade et porteur du virus. On doit batailler pour avoir accès à des masques, réduire nos chances d’être exposé, et refuser en même temps les amendes et les pressions policières.

Charge virale et réduction des risques

Une chose est sûre, on ne peut mener la guerre à un virus. Il est là, il faut trouver comment faire avec et réduire les risques. Chaque fois qu’on est en contact avec des germes du virus, on ne s’en trouve pas forcément infecté. Cela dépend des situations et du volume de germes auxquels on est confronté (de la charge virale). Il semble, par exemple, que dans le cas de grands rassemblements ou d’espace clos densément peuplés on risque d’être d’autant plus contaminé. Or, si on est contaminé par beaucoup de germes, par beaucoup de charge virale, on a d’autant plus de chance de développer une forme lourde du virus. Si on est contaminé par une seule personne, atteinte d’une forme légère, beaucoup tendent alors à développer une forme bénigne voire pas de symptômes du tout. Cela n’est pas une règle valable à chaque fois mais une tendance assez générale d’après les études.

En outre, même une fois malade, plus on est contact avec le virus plus il est difficile de guérir. Il est par conséquent fortement déconseillé d’utiliser constamment le même mouchoir. Si l’on ne peut pas s’infecter avec ses propres microbes, on peut par contre se réinfecter ou rester toujours plus malade de s’exposer continuellement à des particules virales. Dans les hôpitaux, les chambres et les locaux sont nettoyés et désinfectés tous les jours, cela joue pour réduire la présence des virus et bactéries de manière générale.


Une étude sur la grippe espagnole de 1918 fait d’ailleurs l’hypothèse (mais très difficile à vérifier) que la brutalité de la seconde vague (qui a entrainé un grand nombre de morts) pourrait être expliqué moins par une mutation soudaine du virus que par des différences dans l’exposition à des doses infectantes (https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20668679/) . Cette hypothèse réduit la perspective d’une mutation du virus en une forme plus sévère mais en même temps elle laisse entendre que si de plus en plus de personnes sont porteuses du virus, comme en ce moment, l’automne pourrait être d’autant plus dur.

Asymptomatique et présymptomatique

On peut repréciser une autre chose très importante, une distinction qui trop vite citée par l’OMS a provoqué plus de confusion qu’autre chose. Il faut distinguer parmi les personnes porteuses du virus mais sans symptômes, les fameux asymptomatiques, ceux qui n’auront jamais de symptômes de ceux dont les symptômes se déclenchent par la suite, les présymptomatiques. Dans tous les cas, asymptomatiques (notamment les jeunes et les enfants) et présymptomatiques peuvent transmettre le virus. Toutefois, il semble que les asymptomatiques soient moins « contagieux », moins porteurs de forte charge virale, que les présymptomatiques. En plus, les présymptomatiques seraient principalement contagieux deux à trois jours avant de déclencher des symptômes (et peut-être beaucoup moins voire pas du tout une fois les symptômes déclenchés, mais rien de définitivement claire là-dessus). L’enjeu important c’est que nul ne peut se savoir présymptomatique, ni même asymptomatique (sauf si on sait avoir été en contact avec une personne malade du virus par exemple). Porter un masque, en ce sens, cela protège toujours aussi bien soi que les autres (on va y revenir).

Dès avril-mai 2020 et même avant, des études insistent sur la très probable transmission par aérosol (https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1775878520309875?via%3Dihub). De nombreux autres études et articles confirment cette perspective. Le port de masques, y compris de masques en tissus, aident à réduire les probabilités d’être infecté par le virus, et d’infecter d’autres personnes. Même si les masques en tissus sont d’une efficacité plus faible que les masques FPP2, ils n’en réduisent pas moins les possibilités d’être infecté. Le virus se transmet également par les surfaces et les objets contaminés, il faut continuer à faire attention, à se laver les mains au savon et au gel, etc. Cela ne peut être écarté, mais il semble que le principal vecteur de contagion soit aérosol.

Aérosols et gouttelettes

Un mot employé par les médias et les spécialistes a peut-être joué contre une conception adéquate du virus. Rapidement, on nous a parlé de gouttelettes et de la nécessité de porter un masques pour éviter de les propager. L’idée de gouttelettes vient vite avec l’image du crachat, du postillon ou de l’éternuement, et donc dans tous les cas avec quelque chose de relativement volumineux et visible. Le masque servirait à éviter de les répandre, mais si on est à distance ou si on se mouche dans son coude on peut se dire que cela n’arrive pas. Quelqu’un qui n’est pas face à nous mais un peu plus loin ne nous contaminerait pas.

En fait, dans toutes les maladies infectieuses et particulièrement les maladies respiratoires (de la tuberculose au covid-19) il y a deux choses : la contagion aérosol et par gouttelettes.

“Mécanismes de transmission par voie respiratoire” https://www.infectiologie.com/UserFiles/File/medias/JNI/JNI14/2014-JNI-SF2H-Mec.-Transm.-Respi.-FA.pdf

Les gouttelettes désignent tout ce qui est de taille supérieur à 10 microns de diamètre, voire 5. De grande taille, elles se déposent et sèchent rapidement. Effectivement, ces gouttelettes sont contagieuses sur un temps court et à courte distance. Cela correspond plus ou moins au scénario imaginaire d’une personne malade qui nous éternue dessus, et particulièrement au visage.

La transmission par aérosol concerne les particules d’une taille inférieure à 5 ou 10 microns (dans l’image ci-dessous on voit bien que le consensus sur la taille est un peu floue, car entre 5 et 10 microns on est entre l’aérosol et la gouttelette). Là, c’est aussitôt qu’on respire, et plus encore lorsqu’on chante ou que l’on crie (dans une chorale, ou dans un abattoir), que l’on laisse dans l’air des particules qui peuvent être porteuses des germes du virus (si on est une personne infectée, même sans symptômes visibles dans le cas du COVID-19). Ces particules sèchent mais peuvent rester en suspension dans l’air. Une étude récente affirme que dans le cas du COVID-19 ces particules porteuses de germes du virus peuvent rester jusqu’à 16h de temps suspendues dans l’air. Du fait de leur petite taille, elles descendent plus rapidement dans la gorge et les voies respiratoires inférieures.

En fait, une telle temporalité est très difficile à mesurer car les expériences sont menées en produisant des germes du virus artificiellement pour voir combien de temps elles restent dans l’air. Or, en dehors du laboratoire, il peut y avoir des courants d’air, un plus petit nombre de germes du virus, bref beaucoup d’éléments peuvent jouer pour réduire la capacité de ces germes suspendus dans l’air à être infectieux pendant 16h. Pour autant, cela prouve que le virus a cette capacité d’infection par aérosol, et plusieurs études (citées ci-dessous par Jessica Guibert) montre même que cela pourrait être la principale façon dont le virus se transmet d’une personne à une autre.

Repartage du suivi sur la contamination par voie aérienne et sur le port des masques

Ci-dessous, je vous repartage beaucoup du suivi de Jessica Guibert (médecin généraliste à Echirolles) qui (quand elle en avait encore le temps) partageait un relevé des informations concernant le COVID-19. Là, je n’ai rassemblé que les points concernant la transmission par aérosol et goutelettes, et les enjeux autour des masques. Souvent cité, je vous recommande les podcasts de l’épidémiologue allemand Dorsten sur le COVID-19: https://inf-covid.blogspot.com/, et notamment https://inf-covid.blogspot.com/2020/05/ouverture-des-ecoles-podcast-43-du-26.html et https://inf-covid.blogspot.com/2020/05/podcast-28-du-6-avril-masques-grand.html.

Sur les masques, bien le porter n’est pas si simple. Outre le fait de ne pas le toucher, ne pas le laisser tomber sous le nez, et si jamais il est nécessaire de l’enlever et le remettre de systématiquement se laver les mains avant après et de le manipuler avec précaution sans le déposer et le ranger n’importe où, il semble que la bonne adaptation du masque au visage soit aussi un paramètre déterminant. « Un écart peut diminuer de l’ordre de 60 % le niveau de protection offert par le masque ». Si le masque est un peu lâche, distendu, le virus peut se glisser. Source : ACS

Maux de tête. Certaines personnes souffrent parfois de maux de tête en lien avec un port du masque prolongé. Il semblerait que cela vienne des attaches du masque, du fait que cela comprime les tissus mous du crâne (et pas du manque d’air par exemple). En variant les types de masques ou en utilisant ce type d’attache cela peut sans doute aider (https://www.thingiverse.com/thing:4265066).
« Plusieurs études rapportent des maux de tête en lien avec un port du masque prolongé (chez 81% des professionnel-le-s de santé dans une étude à Singapour). Les facteurs de risque étaient un porte du masque FFP2 ou des lunettes de protection de plus de 4h par jour et des maux de tête chroniques préexistants. Les maux de tête préexistants sont exacerbés par le port de masques (dans 91,3% des cas dans la même étude).Le mécanisme de déclenchement des maux de tête serait par compression des tissus mous du crâne. Cela existe aussi chez les militaires ou les nageurs/ses.Les autres effets indésirables du masque rapportés sont notamment des difficultés à respirer, une sensation de chaleur, des problèmes de peau au visage, de la buée sur les lunettes, des difficultés à communiquer. Sources : Headache, NCBI, NCBI »

Climatisation et ventilation. Certains systèmes de ventilation, notamment s’ils sont mal nettoyés ou dysfonctionnent, peuvent participer à propager les particules de virus en suspension dans l’air. En même temps, ventiler, voire même parfois utiliser des ventilateurs, peut aider à disperser et diluer ces mêmes particules pour diminuer leurs capacités infectieuses…
« la climatisation pourrait favoriser la transmission en transportant des aérosols, mais aussi diluer les aérosols en favorisant une ventilation de la pièce… Je pense qu’il faut voir selon quel est le système de ventilation et comment il marche. Il faut penser à entretenir les filtres et orifices de VMC. Un petit point supplémentaire, surtout pour les lieux de soins : attention aux aspirateurs soufflants, car passés sur un sol contaminé ils pourraient remettre en suspension des gouttelettes et provoquer un aérosol.
Source : France tv info »

Les yeux, les visières. Porter une visière peut aider, cela évite plus encore que le masque de se toucher le visage ou de recevoir des projections (si tant est qu’on ne passe pas sa main sous la visière pour se gratter ou autre). Par contre, cela n’empêche pas une contamination par aérosol si on ne porte pas de masques en même temps.


« Le virus SARS-COV-2 se reproduit très bien les cellules de la conjonctive oculaire (les yeux quoi) in vitro ; les yeux seraient donc une porte d’entrée possible. Il pourrait donc être intéressant de protéger les yeux dans les situations à risque.Source : The Lancet »
• Avis du Haut Conseil de la Santé Publique sur les visières et écrans faciaux, qui considère que les visières ne doivent pas être utilisées en remplacement des masques, mais en plus quand la situation le nécessite.Source : HCSP

Contamination aérienne.

• Plusieurs articles intéressants sur le port de masques et le mode de transmission :une interview de Christian Drosten (traduite), virologue allemand, et un article de décryptage du Monde.Les deux vont dans le même sens : il y a de plus en plus d’arguments solides pour une transmission par voie aérosol à l’intérieur et dans les foules, notamment lors des pics de charge virale (début de la maladie), et de moins en moins d’arguments pour un contamination via des objets contaminés. Pour Christian Drosten, il n’y a pas d’intérêt à désinfecter les surfaces au sein du foyer (contrairement à l’hôpital où il y a une forte concentration de personnes infectées). Mais donc grande importance des masques et de l’aération des locaux. Sources : Le Monde, Covid.blogspot.com


• Une étude montre que les gouttelettes produites quand on parle peuvent rester en suspension dans l’air de 8 à 14 minutes en milieu fermé avec stagnation de l’air. Il est donc probable que dans un environnement fermé, la parole puisse être un vecteur de transmission du SARS-COV-2 (en l’absence de masque bien sûr).Source : PNAS


• Au Québec, un CHSLD (l’équivalent de nos EHPAD ?) a eu tou-te-s ses résident-e-s infecté-e-s et 148 employé-e-s aussi, suite à un système de ventilation défectueux. Encore un argument pour une transmission par des aérosols dans un milieu fermé.Source : Radio Canada


• Encore une histoire de chant et de contamination massive : un choeur composé de 61 personnes a chanté pendant 2h30 avec une personne symptomatique. Résultat : 32 cas confirmé et 20 cas suspectés, 3 hospitalisations, 2 décès. Les situations de chant en groupe à l’intérieur sont vraiment à haut risque de contamination. Source : CDC


• Certaines études semblent montrer que les gouttelettes peut aller seulement à 0,5m de la bouche en chantant, et semblent dont relativiser le risque de transmission dans ce cadre ; cela me semble très douteux, au vu du nombre d’événements de ce type décrits avec une transmission massive. J’ai l’impression que dans cette étude les chercheurs/ses ne prennent pas en compte la possibilité d’une transmission par aérosol. Source : Plate-forme Interrégionale


• Une étude sur des hamsters montre que le masque est efficace pour réduire la transmission du SARS-COV-2. Dans l’étude, la transmission du virus était réduite de 60% quand on mettait un masque entre 2 cages. Source : France tv info


• 90% des contaminations étudiées se situeraient dans des lieux clos, mal ventilés, probablement avec des aerosols. L’article passe en revue tous les gros foyers épidémiques pour arriver à cette conclusion. Source : Caducée.net


• Il est pertinent que les gestes barrières soient différents à l’intérieur et à l’extérieur compte tenu de ce qu’on découvre sur le mode de transmission du virus. Cette affiche est plutôt bien faite : Stop-postillons


• Un article qui plaide pour plus de prise en compte de la transmission par aérosols du SARS-COV-2.Une hypothèse est que la transmissions par aérosols conduise à des formes de covid-19 plus sévères, car les particules pénètrent plus profondément dans les poumons (c’est le cas pour la grippe). Source : Science


• Une étude chinoise intéressante, sur la transmission intra-domiciliaire. Le taux de transmission intra-domiciliaire était de 23%. Le port du masque par le cas et les contacts avant le début des symptômes réduisait la transmission de 79%, alors qu’il n’avait pas d’effet après le début des symptômes. L’usage quotidien de désinfectants réduisait la transmission de 77%. Le risque de transmissions intra-domiciliaire étaient 18 fois plus élevé s’il y avait des contacts proches fréquents quotidiens avec le cas, et 4 fois plus élevé si le cas avait la diarrhée.Donc des preuves de l’efficacité du port du masque, de la distanciation et du nettoyage des surfaces, une transmission très probablement avant le début des symptômes, et un possible transmission par les selles. Source : BMJ


• Une traduction d’une nouvelle interview très intéressante de Christian Drosten, célèbre virologue allemand :

  •  ils pensent que les résultats d’étude montrant que les enfants transmettent moins le virus sont biaisés car évalués en temps de confinement, alors que les enfants ne vont pas en collectivité ; globalement il faut faire attention aux études sur la transmission intrafamiliale par temps de confinement, car cela biaise les données
  •  il trouve intéressant le poolage d’échantillons
  • il pense que les directives dans les collectivités devraient être : ouvrez les fenêtres, créez un flux d’air, mettez un ventilateur devant la fenêtre
  • les contaminations se font en grande majorité à l’intérieur, toujours pas de données en faveur d’une transmission par contact
  •  on peut probablement contrôler l’épidémie juste en ciblant les zones à risque qui expliquent la majorité des transmissions ; il est possible aussi qu’une immunité se développe chez les populations qui diffusent le plus le virus, ce qui pourrait faire disparaître l’épidémie
  • Lorsqu’on repère un événement « superdiffuseur », les contaminations sont tellement rapides qu’un isolement total et immédiat est nécessaire
  • intérêt du port du masque qui empêche la production d’aérosols
  •  la durée de contagion possible est probablement très brève mais importante Source : Covid. blogspot
  • Selon cette revue de la littérature sur la transmissions des virus en général :  
    • – la distanciation physique de 1m ou plus divise par 5 le risque de transmission, avec une protection qui augmente quand la distance augmente
    •  l’usage de masques divise par 7 le risque de transmission
    •  la protection oculaire divise par 5 le risque de transmission(Source : The Lancet)
  • • Je reviens sur un article dont j’ai déjà parlé le 29 mai, qui plaide pour le port du masque en intérieur, devant la forte probabilité d’une transmission par aérosols à l’intérieur, par des personnes symptomatiques ou asymptomatiques. Et ce d’autant plus qu’il y a du monde, et que les personnes parlent/chantent/font du sport.
  • Les chercheurs/ses une comparaison intéressante : pour vous rendre compte de la diffusion des aérosols, pensez à la fumée de cigarette : à l’extérieur, la concentration de fumée est peu importante, mais dans une pièce, elle peut augmenter énormément.
  • Le rôle du masque dans ce cas est de protéger les autres, en empêchant que la personne qui le porte produise des aérosols qui pourraient être infectants pour les autres. Source : Science
  • Aux États-Unis, 2 coiffeuses infectées qui portaient des masques (et les client-e-s aussi) n’ont contaminé aucune des 140 client-e-s testé-e-s ! Source : Anchorage Daily News
  • • Etude sur l’usage de masques dans certaines régions d’Allemagne, alors que d’autres régions ne les utilisaient pas à ce moment-là. L’usage des masques réduirait le taux de croissance des infections déclarées de 40%. Source : IZA Newsroom
  • • Aux Etats-Unis, dans les états qui ont préconisé le port du masque en public, le taux de croissance du nombre de cas quotidiens était significativement plus faible que dans les autres états. Source : Healthaffairs.org
  • 420 professionnel-le-s de soin travaillant en unités de soins intensifs, ayant été en contact direct avec des personnes infectées, et ayant effectué au moins une procédure de génération d’aérosols, mais qui ont toujours eu des équipements de protection appropriés ont été testé-e-s : aucun-e n’a été positif/ve à la PCR ou à la sérologie pour le covid-19. Cela suggère donc la grande efficacité de ces équipements de protection. Source : BMJ
  • • Persistance du virus dans l’air : Une expérience montre que le virus a persisté dans l’air pendant au moins 3h dans les conditions de l’expérience (milieu très confiné). Ce qui voudrait dire que dans un milieu confiné, il peut sans doute persister dans l’air. Donc notamment dans un bureau de consult, ou une chambre de patient-e-s. Et donc cela justifie que les soignant-e-s portent des masques FFP2 et pas chirurgicaux… et oui. Et ça veut dire aussi qu’il faut aérer à fond les cabinets et les appartements !Et que le risque est quasi nul en extérieur par contre. Source : NEJM
  • Du coup il est fort probable que dans certaines conditions (transports, forte densité de population, hôpital) il y ait une contamination par « aérosols » et pas seulement par « goutelettes » (ça veut dire en respirant le virus directement dans l’air et pas seulement en en mettant sur les mains puis dans les muqueuses). Source : Le Specialiste

Dans un monde idéal, il faudrait

  •  que la population générale ait un masque chirurgical à changer toutes les 3h ; voire un masque FFP2 pour les personnes fragiles/les lieux confinés (les transports en commun…)
  •  qu’évidement tou-te-s les soignant-e-s, caissières, aides à domicile et autres personnes en première ligne, notamment dans des milieux confinés aient un masque FFP2
    Mais nous sommes en pénurie de masques ; c’est la merde, grave… Du coup
  •  les masques FFP2 sont en théorie réservés aux gestes invasifs sur des patient-e-s infecté-e-s (même si on voit parfois des gens dans la rue avec…)
  •  les soignant-e-s portent des masques chirurgicaux quand ils/elles en ont (et parfois des FFP2 périmés des stocks de de la grippe H1N1) ; et/ou les réutilisent après avoir essayé plein de choses pour les désinfecter (j’y reviendrai)
  •  certaines personnes ont aussi des masques chirurgicaux ; et certaines n’en ont pas.
    Les arguments des gens qui sont contre sont :
  •  c’est peu efficace ; certes, mais efficace quand même (50% des particules)
  •  on risque de se toucher le visage/tripoter le masque/le mélanger aux propres… bref, c’est pire si on fait ça : il suffit de l’expliquer
  •  on va se sentir invulnérable et du coup sortir, ne pas respecter les gestes barrières… c’est un peu nous prendre pour des con-ne-s
    Du coup mon opinion (discutable bien sûr) est : en situation de pénurie, si vous n’avez pas de masques chirurgicaux, le masque en tissu DIY est mieux que rien du tout.
    A certaines conditions cependant :
  •  > à faire avec les bons tissus
    Smart Air, Couture et paillettes
    → respecter des règles de base : se laver les mains avant de le mettre, qu’il recouvre bien le visage, ne pas se toucher le visage ni le masque, ne pas mélanger les propres et sales, le changer régulièrement
    → ne pas se sentir protégé par le masque, il doit plutôt nous rappeler de respecter la distanciation sociale et les gestes barrières
    → être conscient-e que c’est du bricolage en attendant mieux (si mieux arrive, on peut rêver)
    On me pose aussi la question du lavage des masques en tissus. J’étends la question aux masques en général (chirurgicaux et FFP2 aussi).
    Plein de techniques sur les réseaux sociaux pour les masques chirurgicaux et en tissu : repassage vapeur, lavage en machine à 30° (recommandé par le CHU de Grenoble) ou à 60°, lavage à la main eau et savon, sèche-linge, trempage dans l’alcool, les laisser dans un coin plusieurs jours pour qu’il n’y ait plus de virus, lampe UV, four, association de ces différentes techniques…
    Désolée, je n’ai pas vraiment de réponse. Pas de données sur la persistance du virus dans les tissus, ce qu’on sait c’est que le virus meurt à une température de 50°. Certain-e-s disent qu’il est évident qu’à 30°c avec du savon ou de la lessive, et en séchant bien après, ça devrait le faire ; d’autres disent que non. Et aucune donnée scientifique.

Superspreaders, l’épidémiologie en 2020

Depuis juin 2020, les journaux français multiplient les articles annonçant la découverte de « clusters », foyers de contamination qui apparaissent ici ou là dès que plusieurs personnes sont visiblement infectées par le virus. On veut revenir ici sur la notion qui vient avec la perspective de la chasse au cluster, celle des superspreaders. On peut penser par exemple à ce cas d’une femme identifiée comme ayant contaminée 71 personnes en ayant pris l’ascenseur…

Deux notions sont d’abord déterminantes, le Ro et le facteur de dispersion K. À propos du COVID-19, il a été et est encore sans cesse question du ratio Ro, qui désigne le taux de reproduction de base d’une maladie. Il indique le nombre moyen de personnes qu’un individu infecté peut infecter à son tour pendant la période où le virus est transmissible (certaines maladies ne sont plus contagieuses une fois les symptômes déclarées). L’idée générale est que si le Ro est inférieur à 1, l’infection ne parviendra pas à se propager et à devenir épidémique ou pandémique. Par contre, si le Ro est supérieur à 1, alors sa capacité de propagation au sein de la population est considérable. Les gouvernements en France et ailleurs évaluent la propogation du virus à partir de ce chiffre, que les médias citent continuellement. Plus le Ro est important, plus le pathogène se répand rapidement.
Un autre chiffre, dont il a été jusqu’ici moins question publiquement, compte dans l’épidémiologie actuelle, c’est le facteur de dispersion K. IL indique comment le nombre de transmissions varie dans une population donnée. Le Ro ne s’applique pas uniformément, une personne infectée va transmettre le virus à 4 personnes, une autre à aucunes, une autre encore à dix personnes ou plus. Dès lors, en couplant les deux mesures, il s’agit de suivre la propagation du virus à partir des moments de transmissions plus importants que d’autre. Les épidémiologues cherchent à repérer les situations où un individu pourrait infecter une grande quantité de personnes, ils parlent alors de superspreading event. Et si un individu transmet le virus à au moins 8 personnes, il est considéré en épidémiologie actuelle comme un superspreader.

L’épidémiologue allemand Christian Drosten évoque dans cette longue citation Ro, K et le superspreading:

Au début de l’épidémie de SRAS-2, on ne savait pas si ce virus se propageait par superspreading, on avait de bonnes raisons de penser que ce n’était pas le cas, car il était très différent du SRAS-1, dans sa réplication. Le terme de superspreading s’est imposé pendant l’épidémie de SRAS-1 en 2003, alors qu’on connaît ce phénomène depuis plus longtemps. Superspreading signifie qu’il y a de grands foyers épidémiques et que les petits clusters ou les petites chaînes de contaminations ne se prolongent pas dans le temps, de sorte que toute l’épidémie est portée par des événements de superspreading. […] Il existe un certain nombre de personnes infectieuses qui contaminent un nombre élevé de personnes.[…] Pour le dire simplement: peu de gens en contaminent beaucoup d’autres et la plupart n’en contaminent que quelques-uns ou aucun. […] Le R a une certaine valeur. Par exemple, dans SARS-2, nous pensons que R=2. Diverses études indiquent qu’il se situe entre 2 et 3,5. Cela dépend un peu de l’environnement, mais disons 2. Autrement dit, celui qui est infecté en contaminera deux autres dans la prochaine génération. Ainsi, tous ceux qui sont infectés en infectent deux autres. Il n’y a personne qui en contamine 4 et il n’y a personne qui n’en infecte qu’un, donc pas de dispersion. Une surdispersion signifie qu’il y a un écart excessif par rapport à cette moyenne. Tellement excessif qu’il y a des valeurs aberrantes. Ce sont les événements de super-spreading. Cela peut signifier que nous avons également un R de 2, mais avec un comportement infectieux complètement différent. Tout simplement parce que quelques-uns en infectent beaucoup et la plupart n’en infectent pas ou n’en infectent que quelques-uns. Mais en moyenne, c’est toujours R=2. […] Avec SARS-2, nous ne savons pas encore ce qu’il en est exactement. Il existe diverses études, que je mentionnerai brièvement, qui suggèrent des valeurs différentes. Mais d’abord, je veux introduire une valeur, c’est ce facteur de dispersion. 

Hennig: k. 

Drosten: Kappa, c’est-à-dire en grec K. Vous pouvez également l’écrire comme un K normal, cela n’a pas d’importance. Donc le facteur de dispersion. Si k=1, la distribution est complètement uniforme. Si k=0: tout va mal. Mais si nous avons un facteur de diffusion compris entre 0,1 et 0,7 ou 0,8, alors vous êtes davantage dans une gamme réaliste.[…] Plus la valeur est petite, plus le déséquilibre dans la distribution est important. Avec une plus grande valeur, nous avons une distribution uniforme. Avec SRAS-1, nous savons que ce facteur de dispersion est d’environ 0,1. Cela signifie que 73% de toutes les personnes atteintes du SRAS contaminent moins d’une personne, mais 6% en contaminent plus de 8. Il y a une bonne explication de ce très faible facteur de dispersion. Ce virus du SRAS doit pénétrer dans les poumons pour déclencher l’infection, et ne se réplique pas dans les voies respiratoires supérieures, mais seulement dans les poumons. Vous pouvez imaginer que si vous avez un virus dans vos poumons, vous êtes très malade et allez à l’hôpital et n’infectez probablement personne d’autre. Mais il y a quelques patients qui ont des poumons pleins de virus et qui ne se sentent pas malades, toussent et circulent alors qu’ils sont malades. Bien sûr, ils contaminent beaucoup d’autres personnes. (extrait de https://inf-covid.blogspot.com/2020/05/bild-stochastique-superspreading-k.html)

Dans son livre Human Extinction and the Pandemic Imaginary (Routledge 2019), l’anthropologue Christos Lynteris montre que cette notion de superspreader joue un rôle décisif dans les approches épidémiologiques contemporaines. Elle légitime certaines opérations biopolitiques et tend à déplacer l’attention des conditions structurelles et des processus qui répandent de multiples façons les infections vers quelques individus qui sont identifiés comme les porteurs clés du virus, responsables de la propagation de la maladie. Effectivement, les superspreaders ont été catégorisé et présenté parfois comme des individus “plein de virus” et capable d’infecter un grand nombre de personnes. Ils sont dépeints comme des individus hyperinfectieux qui répandent à toute vitesse la maladie. Cette implication d’individus particuliers dans la propagation d’une infection bascule vite vers la mise en accusation de leur responsabilité dans la circulation de la maladie.

De fait, si au départ ce concept est une hypothèse dans le champ de l’épidémiologie, il s’incarne vite dans des figures identifiables. L’anthropologue Priscilla Wald raconte par exemple, dans l’histoire de ce déplacement, le rôle joué par la dîte “Typhoid Mary”, alias Mary Mallon, une cuisinière immigrée irlandaise acusée d’avoir apporté la fièvre typhoide aux États-Unis au début du vingtième siècle. Au contraire des superspreaders contemporains involontaires, elle était accusée d’avoir conscience d’être une porteuse saine répandant la maladie, de la même façon qu’on accusait les untorelli de semer la peste en Lombardie. “Typhoid Mary” était une icône des discours sur les épidémies. Elle fut identifiée, traquée, par l’épidémiologue Georges Soper, et resta 23 ans en semi-quarantaine sur North Brother Island près de New York (un court texte de Soper vient de sortir aux éditions Allia et sera suivi en septembre 2020 de son livre “Typhoid Mary”).

Selon Priscilla Wald, ce personnage souligne l’interdépendance entre “la responsabilité sociale et l’individualisme bactériologique”, ou ce que selon Christos Lynteris on peut appeler “la biosocialité bactérielle de la condition moderne”.

Pendant l’épidémie de SARS, en 2003, le Docteur Liu Jianlun a incarné une autre figure de superspreader. Selon la reconstruction à posteriori des événements, il a séjourné une nuit dans la chambre 911 du métropole Hotel à Hong-Kong le 21 février 2003. 13 autres personnes furent infectées cette nuit-là dans le même hôtel. D’après les documents de l’OMS sur l’épidémie de SARS, “l’hôtel métropole, dans Kowloon à Hong-Kong, a été un exemple d’accélération de la propagation internationale d’une maladie infectieuse” en répandant le virus dans plusieurs pays du monde. Les experts de l’OMS retracaient un hotpost dans la cabine d’ascenseur de l’hôtel (dû sans doute à des éternuements ou des sécrétions salivaires). 13 à 20 autres personnes séjournant dans l’hôtel auraient été en contact avec le virus et infecté. Elles l’auraient ensuite transporté à divers endroits du monde. Ici, dans ce que Lynteris voit comme un exemple assez typique de la réflexion épidémiologique, une forme de raisonnement médico-légal applique une règle de causalité directe à la propagation du virus, par réduction des interactions et des événements, et permet d’élaborer à partir de là des scénarios utilisables de propagation du virus. Il est déduit de cet événement que les 8 100 personnes atteintes du SARS peuvent être ramené, en dernière instance, au patient zéro qu’est le docteur Liu. Un des dirigeants du CDC américain le raconte comme tel:


” Nous avons établi un diagramme, étudié les données rassemblées par beaucoup de détectives très actifs à travers le monde. Nous avons ensuite cartographié les cas déclarés dans chaque pays, et tracé ensuite le cheminement de la maladie à partir de l’endroit où chaque cas avait été infecté. Toutes les lignes convergeaient vers Hong-Kong, et plus spécifiquement, vers le Métropole hôtel! C’est un cas qu’une carte suffit à exprimer plus efficacement que des milliers de mots”. (C. Lynteris, Human exinction and the Pandemic Imaginary, p.81. https://www.routledge.com/Human-Extinction-and-the-Pandemic-Imaginary/Lynteris/p/book/9780367338145 )

Pour Christos Lynteris, la figure de tels superspreaders participe à transformer les raisonnements épidémiologiques et s’intègre plus largement dans l’imaginaire des épidémies. De fait, le récit via la figure d’un superspreader transforme l’apparition d’une maladie infectieuse. De processus sociaux et écologiques, on en arrive à un événement individualisé à partir duquel retacer un cheminement linéaire et réduit de la circulation de l’infection. L’apparition d’une maladie est identifiée à partir de quelques individus infectés qui acquièrent alors presque immédiatement le statut de cause explicative. Les superspreaders catalysent dans cette perspective la contagion globale, un seul événement suffit à initier la chaine des infections suivantes, ce qui permet en retour de transformer le risque de pandémie en un risque existentiel individualisé. Les superspreaders apparaissent alors comme la condition de possibilité des pandémies à venir.

Dans un article publié dans la revue Nature en novembre 2005,“Superspreading and the Effect of Individual Variation on Disease Emergence”, les auteurs Lloyd Smith et Al’s (cités par Lynteris) affirment que le superspreader n’est pas une figure réductible à l’épidémie de SRAS mais est au contraire un élément fondamental des contagions infectieuses. Même s’ils reconnaissent le rôle de facteurs environnementaux dans la propagation d’une infection, ils présentent dans cet article une image très individualisée des superspreaders. Ils relèvent notamment “pour des infections comme le SRAS, des éruptions majeures arivent quand la maladie touche le jackpot en infectant un superspreader” (p82).

Lynteris invite à faire très attention à ce genre d’affirmation, elle présuppose qu’un individu puisse être un superspreader avant même d’être infecté par une maladie, comme si une certaine catégorie d’individu pouvait être décrite comme étant des superspreaders attendant d’être infecté.

Or, dire qu’un superspreader est infecté, cela revient pourtant à la même chose que le fait qu’une maladie touche un enfant, une femme, un passant, un étudiant, etc. La centralité du superspreader tend à affirmer une pré-disposition biologique ou sociale, un comportement pré-existant qui rendrait plausible le fait que tel individu devienne un superspreader dans certaines circonstances. Cette capacité semble presque pré-existante. Il est évident que la transmissibilité d’un pathogène varie d’une personne à l’autre, que ce n’est pas un processus homogène, et selon les circonstances un individu peut en arriver à infecter un groupe plus ou moins large de personne. Mais on ne peut réduire ce phénomène à des formes d’exeptionnalité qu’aurait certains individus seulement.

Dans le cas du SRAS, Lynteris rapporte deux autres exemples qui tendent à jouer ce rôle. Il a été établi que près de 300 personnes ont été infecté par le SRAS dans les appartements de l’immeuble Amoy Gardens à Hong Kong. Le superspreader dans ce cas a été identifié comme étant un homme de 33 ans, venu à Hong Kong pour être traité à l’hopital d’un problème rénal. Dans la nuit du 14 mars 2003, cette personne dort chez son frère dans l’immeuble E de l’Amoy Garden. Il est affecté de diarrhée toute cette nuit là. Et d’après l’OMS et d’autres articles, (https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa032867) les trappes d’aération des salle de bains de cet immeuble étaient défectueuses, et un nombre important de germes infectieux se seraient répandus par l’évacuation des toilettes dans les autres toilettes de l’immeuble entrainant la contamination d’au moins 187 personnes. Même si la personne est affectée d’une forte charge virale, on ne peut la blâmer directement, et ne pas mettre en cause les défauts de l’infrastructure de l’immeuble en question. Il n’est pas responsable du grave dysfonctionnement des canalisations de l’immeuble. Lynteris rapporte un troisième cas aux conclusions similaires. Un travailleur d’un des aéroports de Hong-Kong a été identifié comme un superspreader après son hospitalisation à l’hopital Prince of Wales le 5 mars 2013. Il y aurait contaminé un grand nombre de personnes. Là encore, cela ne tient pas à de mystérieuses capacités qu’aurait cette personne, mais au fait qu’il a été traité par un nébulliseur, qui transforme une préparation médicamenteuse en aérosol. Ici, son utilisation a provoqué la diffusion dans l’air des germes infectieux. La contagion repose dans sur un traitement inadéquat et sur l’absence de précautions prises dans cet hopital (faute de moyens notamment).

Si l’on porte trop attention aux superspreaders, on manque la mise en cause plus large des causalités infrastructurelles, écologiques, etc, qui favorisent la propagation d’une maladie infectieuse. Les études sur les superspreaders ont des conclusions explicites. L’article dans la revue Nature cité par Lynteris conclut d’ailleurs:


” Le contrôle des maladies infectieuses peut diminuer ou favoriser les capacités infectieuses des individus. Des individus atteints devrait réduire leurs contacts non-essentiels, ou les gouvernements imposer des mesures de quarantaine sur certains individus”.(p85)

Pour Lynteris, ces déplacements de focus sont exemplaires des régimes de préparations actuelles face aux pandémies marqué par les transformations néo-libérales et les logiques d’individualisation qui les soutiennent. Les conditions socioéconomiques et d’autres facteurs disparaissent de l’analyse quand tout est observé par l’identification de superspreaders. En se concentrant sur les superspreaders plutôt que sur la sur-contagion, le supespreading, un problème de santé devient un problème de biosécurité. Dans le cas de l’Amoy Garden ou de l’hopital, si on ne met pas en cause les infrastructures ou le sous-financement des hopitaux publics pour mettre l’emphase sur des individus particuliers dans la propagation de la maladie, on perd de vue les conditions de possibilités de sa propagation.

Ce que l’on peut savoir du virus en démonologie

Jason Bahbak Mohaghegh, auteur de Omnicide, Mania fatality and the future-in-delirium, décrit 11 principes de la science des démons qui peuvent nous apprendre ce que c’est le virus du COVID-19. C’est écoutable sur le site de son éditeur Urbanomic:

https://www.urbanomic.com/podcast/plaguepod-bonus-principles-of-coronademonology/

Urbanomic · PlaguePod Bonus Coronademonology

Comme c’est anglais, on essaie ci-dessous d’en faire une traduction approximative (faute du texte sous les yeux).

Jason Bahbak Mohaghegh’s Omnicide offers readers a view into a unique philosophy of delirium, mania, and vitalist annihilation: the startling revelation that everything that is, should not be. Omnicide is a singular kind of taxonomy, a teratology of thought-creatures that dovetails around his chosen writers, from the revelatory self-abnegation of Forugh Farrokhzad to Sadeq Hedayat, the poète maudite of modern Iran. These and other “poets of the lost cause” come together in a compelling book that is a strange hybrid of Aristotle’s Categories, Borges’s Book of Imaginary Beings, and the Necronomicon.
—Eugene Thacker, author of Infinite Resignation and In the Dust of This Planet


  1. Les démons agissent à travers les désirs. Les démons qui sortent des lampes ou d’ailleurs apparaissent avec des invitations, des offres, ils interrogent les désirs et les envies de ceux à qui ils s’adressent. Et puis là se loge le piège. Les démons devant la psychanalyse, ils profitent du fait que les humains comprennent mal leurs propres désirs. Un démon est souvent dépeint comme menteur, traitre, mais en fait, si l’on repense bien aux histoires de démons, il est plus honnête que n’importe qui. Il propose un accord, fait signer un contrat, il en indique les termes exacts mais il parie en vérité sur l’erreur humaine qui va faire prendre la mauvaise décision à son interlocuteur. Chaque fois, les humains face au démon découvrent qu’ils ont mal choisi. Dans l’Islam, les démons sont même appelés “ceux qui donnent les choix”. Les démons ne corrompent pas, ils forcent les humains à voir la folie de leurs propres désirs.
    Le virus est démoniaque en ceci qu’il nous met face à notre propre catastrophe, l’espèce humaine ne se comprend pas, le virus révèle un gouffre sous nos pieds.
  2. Les démons choisissent leurs cibles aléatoirement, selon les circonstances, et non pas par la providence divine. C’est un honneur comme une malédiction que d’être choisi par un démon. Un démon prépare un sort spécial, une méthode particulière, chacun est enfermé d’une façon singulière.
    Le virus a des impacts très différents selon les personnes. Certains deviennent cyniques, d’autres se rendent, se désespèrent. Le virus n’agit pas telle une loi universelle, qui s’applique à tous uniformément. Son action est fractale, passe par une multiplicité d’émotions.
  3. Les démons sont souvent vampiriques, et le virus a quelque chose d’une méthode vampirique. On oublie toutefois souvent qu’à l’origine des histoires de vampire, leur morsure n’était pas douloureuse mais relevait de l’extase. Le plaisir associé à la morsure était problématique, dangereux. On oublie aussi que a présence des vampires explose quand chutent les empires, quand la paranoïa grandit. Les vampires forment une royauté alternative. Après tout, la succession des rois passe par la ligne du sang. Les vampires installent une contre filiation.
    Le virus a une influence vampirique. Tel un vampire, il nous transforme en lui-même. Il rend obsolète toutes nos identités antérieures, toutes nos perceptions politiques d’avant, il montre combien la réalité n’était peut-être qu’un château de cartes. De plus, dans toutes les périodes vampiriques, certains (peu nombreux mais qui existent quand même) choisissent l’euphorie, cherchent la morsure et trouvent joyeux de répandre la contagion.
  4. Les démons ont tous un pouvoir spécifique. Ils ne sont pas omnipotents, tout puissants comme les dieux. Certains démons lévitent, lisent les esprits, utilisent les éléments naturels. Certains séduisent.
    Le virus a des modalités très particulières. Il n’affecte pas tous les organes, lance certaines conséquences et pas d’autres. Il agit d’une certaine façon. Son pouvoir est partiel, le virus n’est pas un maître absolu du mouvement mais l’expert d’une école et d’une certaie espèce animale.
  5. Les démons sont amorphes, ils maitrisent l’art du camouflage. Les dieux ont des temples mais les démons ont des idoles. Elles sont portables, transportables, peuvent être caché et circulent ainsi facilement. Les démons suscitent la peur des petites choses, de la morsure d’une araignée à celle du serpent.
    Le caractère impercetible du virus est frappant, et il se métamorphose constamment.
  6. Les Démons nous forcent à vivre avec eux. Beaucoup parlent du Virus comme un tout ou rien : vous l’avez ou non, retour à la normale ou non, suspension ou autre chose. En fait cela recouvre diverses possibilités. Le virus peut devenir saisonnier, avoir des retours cycliques, ou provoquer des effets à long termes, sur toute la vie de ceux qu’il touche peut-être.
    Il y a cette histoire, celle d’un marocain, qui croyait avoir marié un Djinn. Il disait que la femelle djinn était entré chez lui et l’avait forcé à un mariage infini. Chaque soir il dressait la table pour elle, enfermé dans cette obligation. Le virus pourrait être en train de nous enfermer.
  7. Les Démons parfois sauvent le monde. Les sociétés païennes étaient bien plus complexes que les nôtres dans leur orchestration du bien et du mal. Dans plusieurs histoires, les démons surgissent à la fin et sauvent l’univers.
    Le démon Samael, qui régit le désert, est parfois vindicatif contre les dieux archaïques. Mais si certaines nuits, les dieux sont enfermés, il arrive parfois à les sauver. Dans le cinéma postmoderne (blade runner, matrix, etc.), la figure de l’élu revient souvent, le protagoniste est lointain et surgit pour sauver la situation. Dans une nouvelle de José Saramago, un démon surgit, il protège le royaume et le subvertit. Son action est amorale, menace ou rédemption, ou les deux à la fois. C’est toute la supériorité du mal sur le bien. Le bien ne peut jamais faire le mal s’il ne veut pas perdre sa pureté. Le mal, lui, connait le bien, et il peut faire le bien, surtout si cela convient à ses plans.
  8. Les Démons agissent souvent par des actes faux. Les Djinn aiment les échappes, les pièges, les faux espoirs. Ils accordent la liberté pour mieux enfermer ensuite. Ils jouent avec leurs proies comme les chats avec les leurs. Plus on avance, plus les démons nous piègent, sans voie de sortie.
    Le Virus nous force à agir, à tout repenser, à discuter de toutes les décisions politiques, tout en nous cachant combien nous sommes pris dans une situation en vérité sans fin. Cela le rend démoniaque par définition.
  9. Les Démons se cachent derrières les accidents. En Iran, les démons sont les premiers accusés quand un objet disparaît ou est au mauvais endroit. Henri Michaux dans “terre de magie” parle des actes manqués, des oublis comme des actes de magie qui délibérément nous perdent.
    Le Virus se masque lui-même derrière le visage de la contingence, de la chance ou de la malchance, derrière toutes sortes de choses en vérité guidées par le démon.
  10. Les Démons vous font parler à vous mêmes. Ils sont maitres des possessions, des exorcismes, et la plupart des gens enfiévrés deviennent délirants. La schizophrénie est associée au fait d’entendre des voix. Le démon joue avec la reconnaissance de ce qui est. Il force à maugréer, à murmurer, nous envahit d’une voie seconde. La voix des autres nous infiltre.
    Le virus pourrait être une voix externe? Telle une voie méconnue de nous-mêmes, et peut-être devrait-on dire “nous”?
  11. Les Démons font sortir les meilleurs talents de ceux qui content des histoires. Souvent, les Démons sont représentés devant des personnes endormies qu’ils ne laissent plus bouger. Un conteur d’histoire provoque des cauchemars. Un conteur d’histoire, causent des cauchemars.
    Les signes du démons contraignent nos pensées, les démons se nourrissent de l’âme. On dit parfois “to be pressed by the black” (être pressé par la noirceur). Les démons sont la pollution de l’univers lui-même. Ils sont les fantômes qui vivent sous l’escalier, la punition morale, ceux qui hantent et empêchent la paix du sommeil.

Quelques notes sur les vagues pandémiques

Le point de vue épidémiologique sur la société
Le point de vue épidémiologique porte moins sur l’opposition entre individu et société, que sur l’enchevêtrement global dans lequel chacun d’entre nous vit. Chaque organisme est un médium de transmission d’information – des idées au virus – et se trouve définie par les relations qui le relient ou non à d’autres. Nous faisons face à un risque « collectif ». La perspective épidémique change notre perception de la subjectivité, loin de toute conception individualisante, et amène à la conception de responsabilités dans la contagion auxquels personne n’échappe. L’important se joue moins dans l’expérience singulière que dans les rapports que nous entretenons avec la réalité biologique et chimique sous-jacente qui nous met tous et toutes en lien. L’image d’une totalité inter-dépendante, dans laquelle nous sommes irrémédiablement plongés, va rester longtemps avec nous. (https://strelkamag.com/en/article/18-lessons-from-quarantine-urbanism)

Deux récentes études scientifiques affirment que le COVID-19 sera parmi nous pour longtemps, 18 à 24 mois au moins. Des modélisations économiques dressent le même constat.

Ni en France ni ailleurs, une seule période de « distanciation sociale » renforcée ne sera donc suffisante. Il faut au contraire envisager des surgissements récurrents de pics épidémiques de plus ou moins grande ampleur, esquissant pourtant une seule et même pandémie, une même vague virale. Les gouvernements n’annoncent qu’à demi-mots un telle durée, pour maintenir la stratégie du peu à peu et de l’étape par étape qui ne montre le temps long qu’au coup par coup. Comme le soulignait l’historien Stephane Audoin-Rouzeau :

Le propre du temps de guerre est aussi que ce temps devient infini. On ne sait pas quand cela va se terminer. On espère simplement – c’est vrai aujourd’hui comme pendant la Grande Guerre ou l’Occupation – que ce sera fini « bientôt ». Pour Noël 1914, après l’offensive de printemps de 1917, etc. C’est par une addition de courts termes qu’on entre en fait dans le long terme de la guerre. Si on nous avait dit, au début du confinement, que ce serait pour deux mois ou davantage, cela n’aurait pas été accepté de la même façon. Mais on nous a dit, comme pour la guerre, que c’était seulement un mauvais moment à passer. Pour la Grande Guerre, il me paraît évident que si l’on avait annoncé dès le départ aux acteurs sociaux que cela durerait quatre ans et demi et qu’il y aurait 1,4 million de morts, ils n’auraient pas agi de la même façon. Après la contraction du temps initiale, on est entré dans ce temps indéfini qui nous a fait passer dans une temporalité « autre », sans savoir quand elle trouvera son terme. (https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/120420/stephane-audoin-rouzeau-nous-ne-reverrons-jamais-le-monde-que-nous-avons-quitte-il-y-un-mois?onglet=full)

Dans l’article du New York Times, pour les scientifiques cités (le Docteur Lipsitch), une analogie est possible entre la prévision météorologique et la modélisation épidémiologique. On ne peut changer le temps qu’il fait (sauf à parier sur la géo-ingénierie du climat mais passons). La météo et la modélisation d’une épidémie sont des prévisions mathématiques, à partir de la physique et la chimie pour la première, de l’étude de la propogation de l’infection pour la seconde. Si on ne peut changer le temps ni empêcher l’épidémie, on peut influencer les effets à venir du virus, par nos comportements et nos réponses dans tous les domaines (sociaux, économiques, politiques, etc.). Comme le souligne Bruno Latour, on peut modifier le degré de virulence du virus:

Et bien sûr, malgré le barouf autour d’un « état de guerre » contre le virus, celui-ci n’est que l’un des maillons d’une chaîne où la gestion des stocks de masques ou de tests, la réglementation du droit de propriété, les habitudes civiques, les gestes de solidarité, comptent exactement autant pour définir le degré de virulence de l’agent infectieux. (https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/03/25/la-crise-sanitaire-incite-a-se-preparer-a-la-mutation-climatique_6034312_3232.html)

Le Dr. Lipsitch, à l’université du Minnesota, a établi différentes possibilités des suites de la vague de covid. Son équipe décrit trois possibilités:

  • Scénario 1 : des pics et des vallées. Un premier pic initial (celui que l’on connaît actuellement) est suivi d’autres pics à plus ou moins brève échéance, dont l’intensité diminuent peu à peu pendant un an ou deux.
  • Scénario 2 : dévastation automnale. Ce schéma suppose que le pic actuel sera suivi d’une courte pause à l’été mais reviendra à l’automne ou l’hiver avec bien plus de virulence et de force. Ce modèle reprend le même processus que la grippe espagnole, qui touchait peu de personnes au printemps (seulement les « personnes vulnérables ») mais était revenue à l’hiver affectant cette fois absolument tout le monde et provoquant entre 20 et 50 millions de morts.
  • Scénario 3 : une fin sans fin. Ici, le pic actuel serait le plus fort choc viral, aux effets les plus durs. Il serait suivi d’une lente décrue avec le retour de pics mais plus faiblement, jusqu’à ce qu’à la longue (plusieurs années quand même) le virus disparaisse.

Impossible selon eux de savoir quel scénario va primer, mais quoiqu’il en soit le virus ne disparaît pas avant 18 à 24 mois, quand bien même un vaccin miraculeux est trouvé dans les 12 prochains mois. D’autres modélisations scientifiques appuient ces prévisions, notamment la perspective de pics et vallées à intervalles plus ou moins réguliers et proches. Dans l’étude, ils modélisent aussi la trajectoire du virus en fonction des mesures de « distanciation sociale » appliquées:

Dans ce modèle, des mesures de « distanciation sociale » sont appliquées (telles qu’on les a connu pendant le confinement des derniers mois, mais éventuellement différentes voire plus locales) dès que le nombre de personnes infectées augmente à nouveau de façon notable et que les services hospitaliers sont à nouveau surchargés. Les cas diminuent, les mesures sont arrêtées, le nombre de personnes touché diminue à nouveau (le graphe suppose une certaine efficacité des mesures et en effet beaucoup des modèles montrent que le confinement a fortement diminué le nombre de personnes touché). Le second graphe en vert symbolise les progrés possibles de l’immunité collective avec ce genre de rythme, elle devient importante à partir de 2022…

Un autre graphe imagine un scénario similaire mais en supposant que les capacités des services hospitaliers aient eu le temps de doubler:

Dans tous les cas envisagés, le temps de progression de l’immunité collective est similaire et progresse conséquemment vers 2022 (en supposant, ce qui n’a encore rien de sûr, qu’elle existe bel et bien pendant une durée suffisamment longue).

Un autre épidémiologue allemand pointe un contre-effet complexe des mesures de « distanciation sociale » : le paradoxe de la prévention. En Allemagne, les mesures de prévention ont été adopté très tôt, et des tests massifs ont pu être pratiqué un peu partout dans le pays. D’après les chiffres, c’est également un pays où les capacités d’accueil en réanimation sont très importantes, et les services hospitaliers possèdent une grande quantité de respirateurs artificiels. En Allemagne, il semble que jusqu’à maintenant la pandémie a été contenu et relativement maitrisé. Pour cet expert allemand, il y a un contre-coup de ce succès:


« People are claiming we over-reacted, there is political and economic pressure to return to normal. The federal plan is to lift lockdown slightly, but because the German states, or Länder, set their own rules, I fear we’re going to see a lot of creativity in the interpretation of that plan. I worry that the reproduction number will start to climb again, and we will have a second wave. » (https://www.theguardian.com/world/2020/apr/26/virologist-christian-drosten-germany-coronavirus-expert-interview)
(Les gens disent que nous avons sur-réagi, il y a une pression politique et économique pour que tout retourne à la normal. Le plan fédéral est de lever les mesures de confinement peu à peu, mais du fait de la structure fédérale allemande, les Lander fixent leurs propres règles. Je crains que l’on ait sous eu beaucoup de créativité dans l’interprétation du plan fédéral. J’ai bien peur que le taux de reproduction du virus (le fameux Ro) remonte à nouveau dans les prochaines semaines et qu’on affronte une seconde vague.)

Que l’on parle de paradoxe de la prévention ou non, ces craintes désignent toute la difficulté de la situation présente.

En mars, peu avant le confinement, le président français Macron se montrait dans les salles de théâtre en disant tout va bien. Rien n’était fait ou presque. Avec l’Italie juste à côté, revirement soudain de situation et un confinement massif est brutalement décidé (rarement on aura vu tant de volatilité dans les décisions des gouvernements ). Ni Macron ni d’autres ne se souciait d’écouter les alertes et les craintes liées au virus bien avant mars. Frederic Keck dans son travail d’anthropologie insiste beaucoup sur le travail des sentinelles, particulièrement à Hong Kong où virologues et ornithologues pistent constamment les signes d’apparition d’une nouvelle épidémie. Évidemment, dans les dernières années, beaucoup de financements de tels laboratoires de suivi des possibles pandémies ont été coupé, notamment aux États-Unis.

En même temps, indépendamment des habituelles politiques de l’autruche des autorités gouvernantes, on peut se demander si le confinement du 16 mars aurait pu être décidé en janvier ou début février. La situation en Italie a rendu visible la gravité potentielle du virus, et a participé à rendre légitime les décisions de confinement, d’autant plus que l’ensemble des pays du monde ont à quelques jours près pris des décisions similaires. Depuis peu, on a un processus inverse, avec des manifestations aux États-Unis qui exigent le déconfinement, d’autres en Allemagne, et beaucoup de discours qui insistent sur l’urgence de redémarrer au plus vite l’économie. On est passé de « c’est une petite grippe » au confinement parce que « nous sommes en guerre ». Maintenant au nom de l’économie on tend à l’idée que « le remède est pire que le mal ».

Les gouvernants semblent décider des mesures à suivre à partir de cette politique de ce qui est acceptable ou non, de ce qui peut être fait du point de vue de la gestion des populations. Ces opinions, ils travaillent activement à les produire et les faire aller dans leur sens. Au début du confinement, les journaux multipliaient les articles sur la gravité du virus. Maintenant, les mêmes multiplient les articles sur la crise économique.

Dans son texte du 13 avril dernier, Jerome Baschet évoque la prise de position des zappatistes dès les débuts de la pandémie:

Alors que le président mexicain affichait jour après jour son déni de la gravité de la maladie et son refus de toute mesure sérieuse de prévention et de protection, les zapatistes du Chiapas ont surpris par la précocité et la clarté de leur réaction. Dans son communiqué du 16 mars, l’EZLN déclare l’alerte rouge dans les territoires rebelles, recommande aux conseils de bon gouvernement et aux communes autonomes de fermer les caracoles (centres régionaux) et invite les peuples du monde à prendre la mesure de la gravité de la maladie et à adopter « des mesures sanitaires exceptionnelles », sans pour autant abandonner les luttes en cours. (https://lundi.am/Qu-est-ce-qu-il-nous-arrive-par-Jerome-Baschet)

Il y a une grande puissance collective dans la possibilité de prendre une telle décision, de décider de façon autonome, indépendamment de ceux qui décident ce qui est interdit ou autorisé. C’est une grande part de ce qui manque actuellement, une capacité à percevoir et savoir ce qui est en train d’arriver sans dépendre directement des décisions et évaluations gouvernementales. La visibilité du virus, la possibilité que tout un chacun soit contaminé, ne doit pas dépendre seulement des mesures de « distanciation sociale » en cours ou non.

18 thèses depuis la quarantaine (B. Bratton)

Le chapeau en moins nous reproduisons ici une traduction rapide d’un texte de Benjamin Bratton sur la pandémie actuelle, publié le 3/4/2020 sur Strelka Mag: https://strelkamag.com/en/article/18-lessons-from-quarantine-urbanism

Des conditions pré-existantes
Le sentiment d’urgence est palpable. Mais, plutôt que de nommer ce moment un état d’exception, on peut le percevoir plutôt comme temps de révélation des conditions pré-existantes. Les conséquences de la mauvaise anticipation, du sous-financement des systèmes de santé, des réflexes isolationnistes et protectionnistes ont des conséquences explicites. La vigilance devrait porter moins sur l’exception, ce qui change par rapport aux conditions habituelles, que contre tout retour des pathologies et problèmes qui apparaissent clairement, et ainsi habiter les difficiles possibilités de changement.

Le point de vue épidémiologique sur la société
Le point de vue épidémiologique porte moins sur l’opposition entre individu et société, que sur l’enchevètrement global dans lequel chacun d’entre nous vit. Chaque organisme est un médium de transmission d’information – des idées au virus – et se trouve définie par les relations qui le relient ou non à d’autres. Nous faisons face à un risque « collectif ». La perspective épidémique change notre perception de la subjectivité, loin de toute conception individualisante, et amène à la conception de responsabilités dans la contagion auxquels personne n’échappe. L’important se joue moins dans l’expérience singulière que dans les rapports que nous entretenons avec la réalité biologique et chimique sous-jacente qui nous met tous et toutes en lien. L’image d’une totalité inter-dépendante, dans laquelle nous sommes irrémédiablement plongés, va rester longtemps avec nous.

L’expérimentation à toute allure des formes de gouvernance
On ne verra pas souvent un tel tâtonnement et une telle expérimentation dans les formes de réponses gouvernementales. Le virus est la variable déterminante, et on voit à toute vitesse comment diférents systèmes de gouvernementalité y répondent, selon leurs moyens et leurs traditions. Le Brésil échoue, Singapore semble réussir, l’Iran connaît une catastrophe terrible, Hong Kong s’en sort bien. Par certains côtés, la centralisation du pouvoir et du contrôle fonctionne, par d’autres, elle conduit à des échecs massifs. Certains aspects du libéralisme occientale ont bien marché pour répondre au virus, alors que d’autres plongent les sociétés dans un étourdissement incohérent et vague. Chaque gouvernementalité subit toutefois les mêmes épreuves au même moment, et on en voit immédiatement les résultats.

Gouverner par modélisation
Partout, les villes ou les gouvernements nationaux interviennent à partir des informations qu’ils possèdent ou non, ou qu’ils ignorent. Les plus adroits s’appuisent sur des évidences empiriques et des modèles de prédictions de la situation, et décident à partir de là. D’autres s’appuisent sur des données trop diverses ou trop peu fiables pour savoir ce qu’il se passe exactement, et donc ce qu’il leur faudrait faire. Il semble que la collecte de données statistiques bien mises en ordre, rigoureuses et lisibles dans des modèles fiables soit centrale dans l’élaboration des politiques de gouvernementalité publiques et cela va se renforcer longtemps après le virus. Nous avons des moyens, mais nous avons utilisé ces technologies pour des usages bien moins importants (la publicité, les controverses, les affectations,…).

Le plan de perception est brisé
Les tests construisent le « plan de perception » du gouvernement des modélisations épidémiologiques. Sans eux, les modèles ne permettent que des spéculations, mais est-ce qu’on les voit bien ainsi? Les entrepreneurs des Villes Intelligentes nous ont appris à penser les appareils de détection comme des puces électroniques dispendieuses, et les politiques sociales-démocrates pensent la santé publique dans des termes de soin thérapeutiques en dehors des questions de technologies. Chaque approche passe à côté de l’enjeu. Tester et détecter sont les mêmes choses. Plus de tests permet une meilleure détection, ce qui construit de meilleurs modèles, ce qui permet de meilleurs politiques de santé publique. Une planification inadéquate, une capacité à tester manquée, la modélisation est impossible, et tout autant une gouvernance efficace. Les villes qui semblent avoir passé les tests sont celles qui ont permis de réduire la courbe épidémique. Les villes qui ont échoué dans leurs capacités de détection et de percetion transforment leurs palais des congrès en morgue temporaire.

“Surveillance” n’est pas le bon mot
La façon dont nous définissons, interprétons, discutons, déployons et résistons à la “surveillance” a changé de manière décisive. Il y a quelques semaines, un autre universitaire m’a fait valoir que les gens devraient résister au dépistage du virus parce que le fait d’acquiescer ne faisait qu’encourager la “biopolitique du Big Data ». Il a même dit à ses étudiants de refuser les tests et il maintient encore cette position. L’année dernière, il bénéficiait d’une plus large audience, mais peu le verraient exactement de cette façon maintenant. Les gens voient à nouveau le potentiel étouffé de ces technologies. Reconstruire l’infection en traquant les téléphones peut être un outil important, malgré la confrontation directe avec les principes de l’anonymat libertaire. La vision épidémiologique de la société change la conversation sur ces questions. Le débat n’est pas facilité, mais il s’ouvre de manière importante. C’est une erreur d’interpréter de manière réflexive toutes les formes de détection et de modélisation comme de la “surveillance” et toutes les formes de détection et de modélisation comme de la « surveillance », et toutes les formes actives de gouvernance comme du “contrôle social”. Nous avons besoin d’un vocabulaire différent et plus nuancé.
 
L’automation est résiliente
D’abord en Chine et maintenant dans chaque ville dans la mesure où elle peut le supporter, les plateformes numériques et leurs capacités de livraisons maintiennent intact le tissu social sous-pression. En réponse au virus, les magasins sont fermés, les rues sont vides, et pourtant la vie continue. Des centaines de millions d’individus enfermés dans leur maison continuent à s’encapsuler dans leur vie privée, à faire leurs courses sur leur téléphone et à manger ce que la personne + l’usine alimentaire à la fin de l’application apporte à leur porte. Avec les relais de commande automatisés, des vagues d’administrateurs systèmes et de coursiers font bouger le monde quand le gouvernement ne peut pas le faire. Ce faisant, les chaînes d’automatisation sont devenues une sphère publique d’urgence. Parfois, l’automatisation n’est pas la fragile couche virtuelle au-dessus de la ville solide, mais plutôt l’inverse.
 


Essentialisme stratégique
Avec la fermeture des villes, seules les parties jugées essentielles restent ouvertes pour permettre ces relais de subsistance. Nos sociétés sont réduites aux simples fonctions de l’alimentation, du soin et des communications, un peu comme sur une base lunaire. Les centres-villes sont devenus des zones d’exclusion humaine, laissées à une négligence sereine. Pendant ce temps, en ligne, les organisations continuent de se présenter comme des versions virtuelles improvisées d’elles-mêmes : télémédecine, sports simulés, intimité métadiscursive, éducation et conférences en ligne, etc. Les chaînes d’approvisionnement sont mises en doute pour avoir laissé les besoins essentiels vulnérables sans capacité de secours. Le mode de verrouillage de l’urbanisme à l »échelle de la planète est une compression inégalée des aspects les plus essentiels de ses interdépendances industrielles : signal, transmission, métabolisme.
 
Quarantaine de luxe entièrement automatisée contre confinement solitaire
Nous nous adaptons mal aux psychogéographies de l’isolement. Nous apprenons un nouveau vocabulaire, comme “conception de bâtiments conformes à la distanciation sociale”. “Quarantaine” signifie une sorte de statut indéterminé suspendu. Il s’agit d’une sorte de limbes. Les jours se transforment en semaines. La suspicion officielle qu’une personne peut représenter un risque pour les autres se maintient même après l’assouplissement des règles de quarantaine. Pendant ce temps, nos habitats immédiats sont définis par de nouvelles relations paranoïaques entre l’intérieur et l’extérieur. Si la quarantaine générale dure très longtemps, certains de ces modes de relations deviendront permanents. À mesure que les équipements qui étaient autrefois des lieux dans la ville sont transformés en applications et appareils à l’intérieur de la maison, l’espace public est évacué et la sphère “domestique” devient son propre horizon.



L’indistinction des camps et des bunkers
Tout autour de nous, nous voyons les camps et les bunkers changer de place. La clôture vous empêche-t-elle d’entrer ou de sortir ? La barrière qui maintient le danger perçu contenu (un camp) par rapport à celle qui le maintient à l’extérieur (un bunker) se révèle être finalement une même forme architecturale. Sur une journée, nous voyons des voyageurs débarqués à l’aéroport O’Hare de Chicago entassés dans un couloir en attendant d’être contrôlés pour leur retour aux États-Unis, s’infectant probablement les uns les autres. Nous voyons également des images de clubs londoniens bondés avec des foules visuellement similaires de fêtards, qui s’infectent certainement les uns les autres. Le premier est un goulot d’étranglement infrastructurel, tandis que le second est une expérience culturelle coûteuse, mais le virus s’en moque. Il se reproduit aussi bien dans l’un que dans l’autre. À la maison, les pièces sont transformées en habitats d’astronautes et les interfaces avec le monde extérieur sont transformées en “livraison sans contact”. Nous mettons en scène nos propres camps ou bunkers dramatiques comme scénario de la vie quotidienne.
 
L’habitude de se serrer la main
Les formes de base de l’intimité sociale et de la confiance, comme le fait de se serrer de main, sont suspendues et renégociées. Le lien de la poignée de main signifiait autrefois la confiance personnelle par le toucher, mais aujourd’hui, si un étranger vous offre sa main exposée, vous le trouverez profondément indigne de confiance. Ceux qui refusent de saisir le changement (au nom de la “préservation de la vie” ou du “refus de la xénophobie”) annoncent et exposent haut et fort leur indignité. Lors des précédentes pandémies, comme celle du VIH, la prophylaxie (Ensemble des méthodes qui permettent de protéger un individu ou une population contre la diffusion de certains maux épidémiques) était centrale pour maintenir des manières de se toucher et d’être en contact. La manière dont nous préservons des formes d’intimité, tout en étant conscients de la réalité du virus, sera un défi déterminant pour les cultures qui sortiront de leur isolement dans les mois à venir.
 
La biométrie à fleur de peau
Nos manières de nous relier aux autres participent directement de nos relations avec la ville, il en va ainsi depuis longtemps par le biais de couches artificielles de peaux et de prothèses (tels que nos vêtements et nos téléphones). Les points de contact biométriques sont un autre moyen pour la ville de décider qui va où, et aujourd’hui, certains se développent tandis que d’autres se ferment. Parmi les technologies biométriques, les thermomètres sont en plein essor mais les scanners d’empreintes digitales ont été mis à l’arrêt. La localisation des téléphones est en hausse, mais la reconnaissance faciale est en pause, car le port d’un masque en public a basculé du jour au lendemain d’un acte de défi à une précaution obligatoire.

Nouveaux masques
En parlant de masque, ils font partie des formes d’art les plus anciennes et les plus accomplies de l’humanité, mais en temps de peste ou de guerre, ils servent aussi de machines pour filtrer l’air et assurer une atmosphère artificielle vivable. Aujourd’hui, la pénurie de masques disponibles est un signal viscéral de fragilité systémique. À long terme, l’offre répondra à la demande et au désir de porter des masques lorsque nous nous aventurerons à nouveau dans l’espace public. Le but des masques ne sera pas seulement de nous distancer socialement des particules virales ambiantes, mais aussi de communiquer aux autres les termes de notre engagement personnel. Les masques sont et seront à la fois expressifs et fonctionnels ; ils assureront non seulement la filtration, mais signaleront également notre personnalité et communiqueront notre reconnaissance des risques de contagion et les avec les risques épidémiques et les capacités d’immunité communes.

Cascades trophiques (Qui est relatif à la nutrition d’un individu, d’un tissu vivant)

La prise de conscience de la réalité sociale épidémiologique s’étend à l’ensemble de la biosphère. Lorsque le code ARN du COVID-19 pirate nos cellules, il déclenche des conséquences à l’effet domino, altérant non seulement le mouvement des personnes, mais affectant les cycles planétaires d’énergie, de matérialisation, de dépenses et de déchets. C’est le principe écologique de la cascade trophique, par lequel l’agentivité d’une forme de vie met en mouvement des changements avec un effet de démulitplication. La conclusion à tirer n’est pas que l’interconnexion mondiale est une mauvaise (ou une bonne) idée, mais qu’elle est intrinsèque et va plus loin que ce qui en est perçu habituellement. Le métabolisme planétaire a été faussé par la libération exubérante de carbone et de chaleur. La constitution des alternatives nécessaires ne peut pas reposer sur une simple inversion de lever vers la bonne direction, comme la croissance par rapport à la décroissance. Notre réflexion et nos interventions doivent être basées sur une compréhension plus fine des interrelations cycliques et des économies physico-chimiques, des échelles d’infection virale à la circulation intercontinentale et réciproquement.

De nouveaux accords plus écologiques
Il est impossible pour toute personne sérieuse de ne pas établir de parallèles entre les réponses inadéquates des pouvoirs publics à la crise du coronavirus et au changement climatique. Là où devraient résider une planification et une gouvernance efficaces à l’échelle planétaire, il y a au contraire un vide criant. Les différents Green New Deals nationaux et régionaux impliquent tous un changement dans le rôle de la gouvernance. Au lieu de refléter uniquement la volonté générale, la gouvernance est désormais aussi la gestion directe des écosystèmes (incluant la société humaine). Cependant, cela ne va peut-être pas assez loin. L’absence d’une planification forte décourage l’investissement dans des infrastructures fondées sur des cycles de récupération à long terme des flux d’énergie et de matières. Un Green New Deal à l’échelle planétaire serait également fondé sur le lien douloureusement évident entre des systèmes de santé publique solides et la viabilité économique et écologique. Il renoncerait au nationalisme au profit de la coordination, mettrait en avant la recherche fondamentale et dissocierait le romantisme de la guerre des cultures de l’administration des écosystèmes. Alors que nous regardons tous nos applications de tableau de bord de la contagion, nous devrions examiner de plus près les simulations de modèles comme moyen de gouvernance écologique.

« De la géoingénierie au quotidien »
Ces plans devraient prendre comme point de départ la réalité intrinsèquement “artificielle” de notre condition planétaire. Le refus de s’engager et d’embrasser cette artificialité, au nom d’un retour à la “nature”, a conduit à un déni et une négligence catastrophiques. Des concepts tels que la “géoingénierie” devraient être redéfinis pour impliquer des effets de conception à l’échelle planétaire, et pas seulement des interventions technologiques spécifiques. Les régimes réglementaires tels qu’une taxe mondiale sur le carbone, ainsi que la conservation des puits de carbone naturels et de la biodiversité, sont également, de cette manière, des formes de “géoingénierie”. En même temps, le déploiement de nouvelles technologies à grande échelle n’est pas facultatif car la décarbonisation doit aller “au-delà de zéro”. Nous devons non seulement réduire radicalement les émissions de carbone, mais aussi soustraire et séquestrer les nombreux milliards de tonnes de carbone déjà présents dans l’atmosphère. Pourtant, les technologies à émissions négatives sont bannies de la plupart des Green New Deals proposés. L’environnementalisme dominant suivra la science, mais pas lorsqu’il contredit une technophobie profondément ancrée. Au contraire, le pragmatisme extrême est la voie vers une réelle créativité.

Mobilisation et mise en œuvre
Mais comment est-il possible de construire de telles choses ? Comment peut-on mettre en œuvre des interventions perturbatrices basées sur des modèles climatiques ? L’une des questions les plus clivantes et les plus décisives des années 2020 ne sera pas de savoir si, mais comment, des armées nationales et transnationales sont déployées pour la protection des biens communs écologiques, la surveillance de l’atténuation, la gestion préventive des terres et le développement de technologies d’intervention sur le climat. La notion est clairement inconfortable, mais quelles sont les alternatives réalistes qui renoncent à la mobilisation et à une application à grande échelle ? Est-il même possible que les changements fondamentaux de notre crise climatique ne soient défendus que par un consensus délibératif ? Même si c’est le cas, comment y parviendrait-il sans une mise en œuvre ultérieure à la même échelle que le problème ? Lors de la prochaine saison des incendies, des troupes internationales seront-elles envoyées pour protéger l’Amazonie ? Si ce n’est pas le cas, énumérons les raisons pour lesquelles ce n’est pas le cas et assurons-nous qu’elles sont toujours valables.

La revanche du réel
Et maintenant ? Ce moment devrait être un coup mortel pour la vague populiste de ces dernières années, mais le sera-t-il ? Le populisme méprise les experts et l’expertise, mais en ce moment, les gens veulent de la compétence. En ce moment, la prévoyance et l’efficacité technocratiques sèches, préparées, fiables, disponibles, adaptables et réactives semblent être la politique la plus idéaliste que l’on puisse imaginer. Pourtant, la capacité humaine à plier les faits aux récits qu’elle privilégie reste incroyable. La contagion mondiale et les réponses variées des différentes sociétés ont exposé les idéologies et les traditions comme étant inefficaces, frauduleuses et suicidaires. Ce qu’il faut, c’est moins un nouveau récit ou un nouvel art que l’acceptation de la manière dont l’intrusion rapide d’une réalité indifférente peut rendre futile toute résistance symbolique. Les conditions préexistantes exposées aujourd’hui clarifient la nécessité d’une géopolitique fondée non pas sur une tactique de dilemme du prisonnier qui s’autodétruit face aux risques communs, mais sur un plan délibéré de coordination de la planète que nous occupons et que nous faisons et refaisons à nouveau. Sinon, ce moment sera vraiment une urgence permanente.

La 5G, infrastructure logique d’internet

« La 5G esquisse une transformation de la majorité des infrastructures de production et de circulation »

Cette article a été publié sur le site Lundi.am :

https://lundi.am/La-5G-infrastructure-logique-d-internet

Du réseau 4G à la 5G

Le réseau mobile et les innovations de la 5G (quelques éléments techniques)

La structure du réseau 5G repart de l’architecture des réseaux de téléphonie mobile existants. Un usager a un smartphone. C’est son terminal d’accès, et une carte SIM (Subscriber Identity Mobile, Uniersel Subscriber Identity Mobile pour la 3G et la 4G) à l’intérieur transmet au réseau son identité d’abonné. Ce terminal partout où il se trouve cherche les stations de base les plus proches, ensemble d’émetteurs-récepteurs qui quadrillent le territoire1Le site https://www.cartoradio.fr/index.html vous donne la localistion des antennes/station de base. Cette cartographie une obligation légale pour les opérateurs. Si vous avez mal à la tête, régulièrement, il y en a peut-être une sur le toit de votre immeuble.
Les stations de base sont à terme reliées aux infrastructures plus massives de l’internet qui n’a de sans fil que le nom des réseaux proposés aux usagers. Des cables en grand nombre traversent les fonds océans entre les grands continents du monde. Ce site en propose une carte interactive: http://www.surfacing.in/
.

Chaque station de base est munie d’antennes. Les terminaux (les téléphones) autour de la station de base communiquent par voie radio vers les antennes.
Les antennes transforment le courant électrique en onde électromagnétique, ou réciproquement. S’il y a parfois des petits dispositifs sur les poteaux, l’ensemble des fonctions de traitement des signaux reçus par les antennes est souvent dans un autre équipement que la partie visible. À côté des antennes, il y a notamment des boitiers qui s’occupent du relais par fibre optique, et s’occupent de la transmission vers le réseau internet.

À chaque étape du réseau, le téléphone ne perd pas son identité, il est toujours identifié comme relevant de tel abonné au réseau. La puissance de connexion d’un téléphone mobile 4G est d’environ 200mWatts. Les antennes relais (stations de base) doivent être à quelques kilomètres à la ronde maximum pour assurer une connexion. Le travail des opérateurs mobile est de couvrir le territoire afin qu’un terminal soit donc toujours à moins de quelques kilomètres d’une antenne. Sur l’ensemble du territoire français, tout opérateurs confondus, il y a environ 10 000 stations de base, qui couvrent quelques centaines de mètres chacune.

Depuis les années 70, aux États-Unis d’abord, puis dans les pays d’Europe du Nord dans les années 80, le réseau est structuré par un découpage en cellules, et chacune est desservie par une station de base. Le schéma2Il est emprunté à ce site: https://tpetelephonesante.wordpress.com/partie-1-definition-dune-onde-electromagnetique-et-fonctionnement-des-reseaux-cellulaires/les-differents-types-de-reseau/. ci-dessous représente ce découpage en alvéoles :

Idéalement, l’usager d’un téléphone ne perçoit pas son passage d’une cellule à l’autre (le réseau fonctionne s’il est imperceptible). En zone urbaine, densément peuplée, les stations de base sont déployées pour répondre à une forte demande, la capacité en Mbits/s par km2 doit être supérieure au trafic engrendré par les clients. En Zone rurale, moins dense, les stations de base doivent avant tout couvrir l’ensemble du territoire, pour que partout un usager puisse se connecter. Il est moins nécessaire d’avoir une forte capacité dans chaque cellule.

De tels réseaux impliquent une multiplicité d’interfaces et de protocoles, et des manières de faire communiquer les équipements entre eux par certains types de canaux. Entre chaque élément du réseau, différents canaux font transiter différents types d’informations. Chaque étape met en place des mécanismes pour éviter que n’importe qui accède aux échanges ou au réseau lui-même. Des maintiens de connexion sont mis en place pour gérer la sporadicité des échanges, les arrêts soudain de transmission. Chaque échange est doublé de mécanismes de chiffrement, pour contrôler l’intégrité des messages et les possibles pertes dues aux interférences ou échecs de transmission.

On n’appelle pas sans raisons un ordinateur un « poste fixe ». Le réseau internet classique ne sait pas gérer la mobilité des terminaux d’accès. Tout paquet est destiné à une adresse IP, liée à une localisation physique. 3C’est avec le protocole TCP/IP que fut construit l’internet au départ, et désormais l’infrastructure est trop installée et utilisée pour que cela vaille la peine, le coût, de tout modifier, ou que cela soit même possible.

Les paquets de données doivent être guidés, routés, vers une porte d’entrée unique (avant d’accéder aux terminaux): le PGW, Packet GateWay. Pour la 4G, il y a donc deux réseaux, celui constitué par l’ensemble des stations de base, en dialogue les unes avec les autres sur un même réseau IP, puis le réseau dit « réseau coeur » qui s’occupe une fois passé le PGW de l’accès à internet. On fait donc converger les paquets de données, qui circulent entre les stations de base, vers une entrée commune à tout le réseau. Le PGW sert d’interface entre ces deux réseaux, il achemine les données vers le terminal (le téléphone mobile) et inversement, du terminal vers l’internet. Il assure aussi, en tant que point de passage, passerelle intermédiaire, des fonctions de sécurité. Il n’y a que quelques PGW sur l’ensemble du territoire français.

Sur ce schéma simplifié, on voit la rupture entre le réseau IP et le réseau Internet. Le routeur, dans les réseaux mobiles, est le Packet Gate Way, qui fait point d’entrée pour le réseau internet

L’usager d’un telephone mobile se déplace, à plus ou moins grande vitesse. Il faut donc avertir la station de base de ces déplacements, et régulièrement effectuer un « reroutage » du telephone vers une nouvelle station de base. Pour éviter de communiquer à chaque fois avec le PGW (et de les surcharger, puisqu’il n’y en a que quelques-uns), l’architecture du réseau passe par des Serving Gate Way (SGW) qui desservent une région géographique donnée et toutes les cellules qu’il comporte (une région française par exemple). Les SGW communiquent ensuite avec le PGW, mais ce ne sont que les SGW qui gèrent la mobilité et le changement des stations de base.

Schéma d’un réseau 4G. Le terminal communique avec l’antenne qui va vers le Serving Gate Way local (SGW), qui à son tour échange avec le Packet gate Way (PGW). Les bearer, sur le schéma, sont les tunnels mis en place le temps de la connexion, selon le type d’intercace (S1, S5etc) ils échangent un certain type de message (données de signalisation ou paquet de données)

Nous n’allons pas rentrer dans tous les détails ici, il s’agit de comprendre la logique générale. Pour construire un réseau mobile, on installe différentes entités de manières à couvrir l’ensemble du territoire. Cette répartition permet de répartir les charges, on y reviendra (si toutes les connexions sont sur une même station de base, ou se dirigent vers le même point pour accéder à internet, le réseau est saturé). Chaque échange à l’intérieur du réseau se subdivise en plusieurs couches. Tous les échanges entre le téléphone et la station de base, par exemple, sont doublées d’équipements de contrôle. À chaque étape, des fonctions de contrôles sont en place pour vérifier que l’abonné peut utiliser le réseau et pour valider son identité. Le réseau d’échanges de données se double d’un réseau de sécurisation des échanges.

Un des éléments clés des fonctions de contrôle est le HSS (le Home Subscriber Server) où sont regroupés les profils de tous les abonnés du réseau, les droits, les services et les données de sécurité. Il est consulté à chaque début d’accès au réseau, et tout au long de la connexion. Le HSS n’échange que des données de signalisation, l’ensemble des éléments échangés pour gérer l’accès aux réseaux. Aucuns paquets de données ne transitent par le HSS. Comme pour le PGW, si à chaque fois que quelqu’un se déplace, il faut contrôler l’accès et envoyer une requête au HSS, il y a un risque de saturation. L’architecture d’ensemble introduit le MME, Mobility Management Entity, qui gère une très large rayon et s’occupe de la mobilité. Le MME va contrôler localement le profil de l’abonné durant sa connexion, un peu comme une mémoire cache ou un « cookie » garde sur internet des éléments enregistrés, pour réduire les échanges et les risques de surcharge du réseau.

De tels réseaux impliquent donc une multiplicité d’interfaces et de protocoles, et des manières de faire communiquer les équipements entre eux par certains types de canaux. Entre chaque élément du réseau, différents canaux font transiter différents types d’informations. Chaque étape met en place des mécanismes pour éviter que n’importe qui accède aux échanges ou au réseau lui-même. Des maintiens de connexion sont mis en place pour gérer la sporadicité des échanges, les arrêts soudain de transmission. Chaque échange est doublé de mécanismes de chiffrement, pour contrôler l’intégrité des messages et les possibles pertes dues aux interférences ou echecs de transmission. Les ondes életromagnétiqus peuvent se propager à longue distance mais se modifient au fil des distances, et l’ampleur des perturbations peut être plus ou moins grande. Les émetteurs dans le réseau modulent les signaux échangés, ainsi lorsque le message échange échange subit des dégrations, le récepteur pourra reconnaître les modulations effectués et reconstitué le message. La modulation permet d’établir un compromis entre la vitesse de transmission et les erreurs.


Techniquement, on ajoute notamment une redondance à chaque message, pour qu’à l’arrivée tout arrive et qu’il soit possible pour les dispositifs de réception de reconstituer le message.

Schéma similaire au précédent mais on voit le HSS, qui rassemble toutes les informations des abonnées, et le MME qui contrôle localement les abonnés présents

En quoi la 5h diffère de la 4G et des générations précédentes? Elle va utiliser un spectre d’ondes plus important et surfer sur les ondes millimétriques. Pour de telles ondes, des antennes tous les 1500 mètres environ sont nécessaires. Élargir le spectre des ondes utilisables rend bien plus vaste les capacités du réseau. Les téléphones mobiles actuels utilisent des bandes inférieures à 6 gigahertz (GHz), les ondes mililimétriques sont diffusées à des fréquences comprises entre 30 et 300 GHz. Aujourd’hui, certains opérateurs de téléphonie mobile ont commencé à les utiliser pour envoyer des données entre des points fixes, et le trading à Haute-Fréquence notamment a mis en place de telles liaisons4https://sniperinmahwah.wordpress.com/. La 5G innove en utilisant les ondes millimétriques pour relier des utilisateurs mobiles à la station du réseau la plus proche.

Les opérateurs doivent installer des infrastructures de toutes tailles, absolument partout, de mini-station de base au coeur des villes à 20 000 satelittes dans l’atmosphère. Ce sont des mini-cellules. Pour chaque station de base, relais du réseau, la capacité des antennes sera décuplée et pourra émettre et recevoir énormément de messages à la fois, ce sur des canaux différents, particulièrement de machines à machines. Elles seraient installé sur les poteaux d’éclairage, au sommet des batiments, partout. Pour éviter que les signaux ne tombent, les transporteurs pourraient installer des milliers de ces stations dans une ville pour former un réseau dense qui agirait comme une équipe de relais, recevant les signaux des autres stations de base et envoyant des données aux utilisateurs en tout lieu.

Pour utiliser beaucoup plus d’antennes sur un même réseau, la 5G va utiliser la technique appelée MIMO massive, MIMO, qui signifie multiple-input multiple-output. MIMO désigne les systèmes sans fil qui utilisent deux ou plusieurs émetteurs et récepteurs pour envoyer et recevoir plus de données en même temps. Le MIMO massif utilisera des dizaines d’antennes sur un seul réseau. Cependant, l’installation d’un nombre beaucoup plus important d’antennes pour gérer le trafic cellulaire provoque également davantage d’interférences si ces signaux se croisent. Les stations 5G doivent intégrer la formation de faisceaux.

L’un des buts central de la 5G est de permettre la mise en place de l’Internet des Objets, de connecter et mettre en réseaux les objets (de la voiture autonome aux colis d’un entrepôt). Pour que ces objets dits « intelligents » puissent effectivement échanger, et des millions d’humains également, le réseau 5G va émettre des ondes en faisceau, idéalement capable d’émettre à partir de l’antenne dans la direction du téléphone ou de l’objet qui se connecte. Un satellite de la 5G pourra notamment viser un appareil précis et permettre sa connexion. Il s’avère également nécessaire, pour qu’une telle mise en réseau soit possible, que chaque élément du réseau puisse au même moment émettre et recevoir. Si sur une même fréquence, il est possible d’émettre et recevoir, la puissance globale du réseau est décuplée.

C’est ici une présentation succinte et programmatique. Le fonctionnement décrit ici de la 5G est en fait loin d’être au point. Elle est encore en phase de tests et sa mise en place va être longue, mais les différents opérateurs se précipitent par peur de manquer le bateau et les profits possibles. L’installation de la 5G veut être la nouvelle infrastructure globale, la promesse d’une grande relance économique5Pour de nombreux économistes conseillers du prince, les innovations sont le Saint Graal de la croissance, par exemple: https://www.college-de-france.fr/site/philippe-aghion/index.htm .

Principales innovations de la 5G

En reprenant les termes et les logos employés, nous indiquons ici les principales innovations techniques qui caractérisent la 5G et diffèrent des réseaux mobiles précédents. Ici, il s’agit des innovations du fonctionnement du réseau.

Ondes millimétriques

L’installation de la 5G compte démultiplier les capacités du réseau pour accueillir toujours plus d’usagers et d’appareils connectés. Le réseau existant est presque déjà saturé par l’ensemble des appareils mobiles utilisant internet et cela continue d’augmenter. Les mêmes bandes de radiofréquences ne peuvent supporter un trop grand nombre d’appareils sans réduire la bande passante. À son échelle, un utilisateur de smartphone en fait l’expérience quand il ne parvient pas à se connecter ou plus largement quand le débit n’atteint en vérité jamais celui promit par les standards de la 4G.
La 5G veut répondre à ce problème (et à l’augmentation à venir des objets connectés) en élargissant considérablement le spectre des ondes utilisables par la diffusion sur des ondes millimétriques, encore jamais utilisées pour la téléphonie mobile.

Les téléphones mobiles actuels utilisent des bandes inférieures à 6 gigahertz (GHz), les ondes millimétriques sont diffusées à des fréquences comprises entre 30 et 300 GHz. Elles sont appelées millimétriques car leurs oscillations varient en longueur de 1 à 10mm, alors que les ondes radio qui servent aux smartphones d’aujourd’hui mesurent des dizaines de centimètres de longueur.

Pour l’instant, seuls les opérateurs de satellites et de systèmes radar utilisaient les ondes millimétriques. Aujourd’hui, certains opérateurs de téléphonie mobile ont commencé à les utiliser pour envoyer des données entre des points fixes, et le trading à Haute-Fréquence notamment a mis en place de telles liaisons. La 5G innove en utilisant les ondes millimétriques pour relier des utilisateurs mobiles à la station du réseau la plus proche.

Ces ondes sont nocives pour le corps humain, les animaux et les insectes.

Petites cellules (Femto-cell)

Les ondes millimétriques nécessitent des antennes relais à proximité. Les petites cellules sont des stations de base miniatures portables qui nécessitent peu de puissance électrique pour fonctionner et peuvent être placées tous les 250 mètres environ en ville. Pour éviter que les signaux ne tombent, les transporteurs pourraient installer des milliers de ces stations dans une même ville et constituer un réseau qui agirait comme une équipe de relais, recevant les signaux des autres stations de base et envoyant des données aux utilisateurs.

Si les réseaux cellulaires traditionnels en sont également venus à dépendre d’un nombre croissant de stations de base, l’obtention de performances 5G nécessitera une nouvelle infrastructure encore plus importante que les précédentes. Les antennes des petites cellules peuvent toutefois être beaucoup plus petites que les antennes traditionnelles, si elles transmettent des ondes millimétriques minuscules. Cette différence de taille rend encore plus facile l’installation de cellules sur les poteaux d’éclairage et au sommet des bâtiments.

Cette structure de réseau radicalement différente vise à permettre une utilisation plus ciblée et plus efficace du spectre. Le fait d’avoir plus de stations signifie que les fréquences qu’une station utilise pour se connecter à des appareils dans une zone donnée peuvent être réutilisées par une autre station dans une autre zone pour desservir un autre client. Il y a cependant un problème : le nombre de petites cellules nécessaires pour construire un réseau 5G peut rendre difficile l’installation dans les zones rurales (les satelittes serviront entre autres choses à ce genre de cas).

En plus de diffuser sur des ondes millimétriques, les stations de base 5G auront également beaucoup plus d’antennes que les stations de base des réseaux cellulaires actuels – pour tirer parti d’une autre nouvelle technologie : le MIMO massif.

MIMO massive

Les stations de base 4G actuelles ont une douzaine de ports pour les antennes qui gèrent tout le trafic cellulaire : huit pour les émetteurs et quatre pour les récepteurs. Mais les stations de base 5G vont pouvoir prendre en charge une centaine de ports, pour permettre bien plus d’antennes sur un même réseau. Cette capacité signifie qu’une station de base peut envoyer et recevoir des signaux de beaucoup plus d’utilisateurs à la fois, la capacité du réseau mobile augmenterait d’un facteur de 22 ou plus.

Cette technologie est appelée MIMO massive. MIMO signifie multiple-input multiple-output. MIMO décrit les systèmes sans fil qui utilisent deux ou plusieurs émetteurs et récepteurs pour envoyer et recevoir plus de données en même temps. Le MIMO massif porte cette technique à un nouveau niveau en utilisant des dizaines d’antennes sur un seul réseau.

Le MIMO est déjà présent sur certaines stations de base 4G. Mais jusqu’à présent, le MIMO massif n’a été testé qu’en laboratoire et dans le cadre de quelques essais sur le terrain. Lors des premiers essais, elle a établi de nouveaux records en matière d’efficacité du spectre, qui est une mesure du nombre de bits de données pouvant être transmis à un certain nombre d’utilisateurs par seconde.

La MIMO massive est une des clés de la 5G. Elle va servir à connecter en même temps des utilisateurs humains et des machines. La 5G doit permettre des transmissions de machines à machines pour 50 milliards d’objets connectés d’ici 2025 (dans les prévisions d’EDF). Cependant, l’installation d’un nombre beaucoup plus important d’antennes pour gérer le trafic cellulaire provoque également davantage d’interférences si ces signaux se croisent. C’est pourquoi les stations 5G doivent intégrer la formation de faisceaux.

BEAMFORMING (faisceaux)

La mise en forme de faisceau est un système de signalisation pour les stations de base cellulaires qui identifie la route la plus efficace pour la transmission de données à un utilisateur particulier, et qui réduit ainsi les interférences pour les utilisateurs voisins. Selon la situation et la technologie, il existe plusieurs façons pour les réseaux 5G de le mettre en œuvre.

La formation de faisceaux peut aider les réseaux MIMO massifs à utiliser plus efficacement le spectre qui les entoure. Le principal défi des réseaux MIMO massifs est de réduire les interférences tout en transmettant davantage d’informations à partir de plusieurs antennes à la fois. Dans les stations de base MIMO massives, les algorithmes de traitement du signal tracent la meilleure route de transmission par voie aérienne pour chaque utilisateur. Ils peuvent ensuite envoyer des paquets de données individuels dans de nombreuses directions différentes, les faisant rebondir sur des bâtiments et d’autres objets selon un schéma précisément coordonné. En chorégraphiant les mouvements et le temps d’arrivée des paquets, la formation de faisceaux permet à de nombreux utilisateurs et antennes d’un gigantesque réseau MIMO d’échanger beaucoup plus d’informations à la fois.

Pour les ondes millimétriques, la formation de faisceaux est principalement utilisée pour résoudre un ensemble différent de problèmes. Les signaux cellulaires sont facilement bloqués par des objets et ont tendance à s’affaiblir sur de longues distances (particulièrement pour les ondes millimétriques). Dans ce cas, la formation de faisceaux peut aider en concentrant un signal dans un faisceau qui pointe uniquement vers un utilisateur, plutôt que de diffuser dans plusieurs directions à la fois. Cette approche peut renforcer les chances du signal d’arriver intact et réduire les interférences pour tous les autres.

Outre l’augmentation des débits de données par la diffusion sur des ondes millimétriques et le renforcement de l’efficacité du spectre grâce à la technologie MIMO massive, les ingénieurs du secteur des communications sans fil tentent également d’atteindre le haut débit et la faible latence requis pour la 5G grâce à une technologie appelée duplex intégral, qui modifie la façon dont les antennes délivrent et reçoivent les données.

Duplex intégral

Les stations de base et les téléphones portables d’aujourd’hui reposent sur des émetteurs-récepteurs qui doivent se relayer s’ils transmettent et reçoivent des informations sur la même fréquence, ou fonctionner sur des fréquences différentes si un utilisateur souhaite transmettre et recevoir des informations en même temps.
DUPLEX

Avec la 5G, un émetteur-récepteur sera capable de transmettre et de recevoir des données en même temps, sur la même fréquence. Cette technologie est connue sous le nom de duplex intégral, et elle pourrait doubler la capacité des réseaux sans fil au niveau de leur couche physique la plus fondamentale : Imaginez deux personnes parlant en même temps mais capables de se comprendre, ce qui signifie que leur conversation pourrait durer deux fois moins longtemps et que leur prochaine discussion pourrait commencer plus tôt.

Certaines armées utilisent déjà la technologie full duplex qui repose sur des équipements encombrants. Pour réaliser le duplex intégral dans les appareils personnels, les chercheurs doivent concevoir un circuit capable d’acheminer les signaux entrants et sortants de manière à ce qu’ils ne se heurtent pas lorsqu’une antenne transmet et reçoit des données en même temps.

Cela est particulièrement difficile en raison de la tendance des ondes radio à voyager à la fois vers l’avant et vers l’arrière sur la même fréquence – un principe connu sous le nom de réciprocité. Mais récemment, des experts ont assemblé des transistors en silicium qui agissent comme des interrupteurs à grande vitesse pour arrêter le retournement de ces ondes, leur permettant ainsi d’émettre et de recevoir des signaux sur la même fréquence en même temps.

L’un des inconvénients du duplex intégral est qu’il crée également davantage d’interférences de signaux, par le biais d’un écho parasite. Lorsqu’un émetteur émet un signal, celui-ci est beaucoup plus proche de l’antenne de l’appareil et donc plus puissant que tout signal qu’il reçoit. S’attendre à ce qu’une antenne parle et écoute en même temps n’est possible qu’avec une technologie spéciale d’annulation de l’écho.

Avec ces technologies et d’autres technologies 5G, les ingénieurs espèrent construire le réseau sans fil sur lequel les futurs utilisateurs de smartphones, les joueurs de VR et les voitures autonomes pourront compter chaque jour. Déjà, les chercheurs et les entreprises ont placé de grands espoirs dans la 5G en promettant aux consommateurs une latence ultra-faible et des débits de données records. S’ils parviennent à résoudre les problèmes restants et à trouver comment faire fonctionner tous ces systèmes ensemble, le service 5G ultra-rapide pourrait atteindre les consommateurs dans les cinq prochaines années.

Revue de presse internationale (non exhaustive, et plus ou moins aléatoire)

Pour mémoire, ou pour rien, simplement comme un rapide tableau des discussions à travers le monde.

Weinböhla, Germany Due to unusually low temperatures in the area, wine growers from Schloss Wackerbarth are deploying anti-frost candles to protect their grape shoots
Photograph: Filip Singer/EPA
Riffa, Bahrain Medical staff in the newly-inaugurated intensive care unit for Covid-19 patients at the Bahrain Defense Force hospital, converted in seven days from a hospital parking lot into a large intensive care unit
Photograph: Mazen Mahdi/AFP via Getty Images
Haifa, Israel A mother and two wild boar cubs roam in the Carmel neighbourhood
Photograph: Abir Sultan/EPA
Hong Kong, China A man plays a piano inside a truck, hired by a music school. In attempt to keep their business running during the coronavirus pandemic, Ming’s Piano, a music school with 12 teachers and about 200 students, has hired three trucks to deliver lessons to students’ doorsteps
Photograph: Billy HC Kwok/Getty Images

Articles divers 14/04 (hors france) (que des mauvaises nouvelles, ou presque):

# Tchernobyl : l’incendie se rapproche de la centrale

# Le virus ne vient pas seulement des marchés d’animaux sauvages, mais aussi d’un laboratoire chinois expérimentant sur les chauve-souris et les coronavirus

# Récit d’un soignant du Quebec dans une maison de retraite

# aperçu des mesures de confinement au Canada

# La Lithuanie dénonce la fausse solidarité de l’OTAN

# Un pathogène vorace détruit les oliviers en Europe

# En Pologne un mouvement organise des protestations virtuelles contre l’interdiction des avortements qui doit être voté sous peu

# Podcast à écouter sur Jadaliyya!!!!

# Les travailleurs migrants du Golf Persique laissés sans moyens sans travail

# Au Lagos, les habitants organisent des formes d’auto-défense contre les cambriolages potentiels…

# Le racisme aux États-Unis a une longue histoire, les noirs-américains sont aujourd’hui les plus touchés par le virus et ce n’est pas sans raisons

# Grande manif/émeute à Mumbai contre la prolongation du confinement

# En Inde le confinement est prolongé, pour 1,3 milliards de personnes

# Pendant la crise, la Corée du Nord en profite pour tester ses missiles…

# En Chine l’installation de la 5G continue

# le covid19 peut survivre à de longues expositions à 60° Celsius.

# Dette : les appels à alléger les pays africains commencent à porter leurs fruits

# L’OMS confirme des cas d’Ebola au Congo

# Un chauffeur de Taxi raconte ses difficultés en Afrique du Sud

Tchernobyl : le feu de forêt se rapproche de la centrale


Depuis dix jours, des pompiers tentent de contenir un incendie qui se propage dans la zone désertée depuis 30 ans. Son étendue est jugée « gigantesque » et « imprévisible ».
Plus de 400 pompiers ukrainiens combattaient lundi un important incendie autour la zone d’exclusion de Tchernobyl, les autorités se montrant rassurantes tandis que des observateurs affirment que le feu se rapproche dangereusement de la centrale.

« La centrale nucléaire de Tchernobyl, les lieux de stockage de déchets radioactifs et les autres infrastructures cruciales de la zone d’exclusion ne sont pas menacés », a indiqué Volodymyr Demtchouk, un haut responsable des services d’urgence ukrainien, dans une vidéo publiée lundi sur Facebook. Il a ajouté que la principale tâche des pompiers était de localiser les zones d’incendies et d’en limiter la propagation.
http://www.leparisien.fr/international/tchernobyl-le-feu-de-foret-se-rapproche-de-la-centrale-13-04-2020-8299080.php


Wuhan lab was performing coronavirus experiments on bats from the caves where the disease is believed to have originated – with a £3m grant from the US

Wuhan Institute of Virology undertook coronavirus experiments on bats
They were captured more than 1,000 miles away in Yunnan
Sequencing of the Covid-19 genome has traced it to bats from Yunnan's caves
Accident at the laboratory in the Chinese city was 'no longer being discounted' 

The laboratory at the centre of scrutiny over the pandemic has been carrying out research on bats from the cave which scientists believe is the original source of the devastating outbreak.

Documents obtained by The Mail on Sunday show the Wuhan Institute of Virology undertook coronavirus experiments on mammals captured more than 1,000 miles away in Yunnan – funded by a $3.7 million grant from the US government.

Sequencing of the Covid-19 genome has traced it to bats found in Yunnan’s caves.


https://www.dailymail.co.uk/news/article-8211257/Wuhan-lab-performing-experiments-bats-coronavirus-caves.html?ito=social-twitter_mailonline&fbclid=IwAR3tz9JUdDW1vb-Cd_VfcGK2KMhK3nn4bWFwNtJwIWPFUvWay8ppYRsuLoU


Les récits d’un préposé
Bulletin du front sanitaire – Ma veillée pascale…


En première ligne du front sanitaire, voyez-vous, on trouve surtout celles qui sont généralement méprisées et maltraitées par le système tout court. Des femmes victimes de sexisme à longueur de journée. Des ménagères qui ont des bouches à nourrir. Des immigrées de confession musulmane que l’on méprise trop souvent dans nos journaux et nos institutions publiques. Il y a aussi des types comme moi et ma blonde, qui sont nés pauvres et ont connu dans la chair et l’os la pauvreté. Bref, nous sommes un peu le peuple.

Ma conjointe Carole est directrice de la résidence. Elle se donne à 3000% avec peu de moyens et le manque d’écoute de part et d’autre de ses «supérieurs» (sic!!!). Elle mériterait plus que des éloges. Elle a une tête froide et solide. Un coeur grand comme le cosmos. Je crains néanmoins pour sa vie, encore plus que pour la mienne. Nous sommes donc un couple au front… Vous pouvez trouver ça cute. Je ne pourrai m’empêcher de trouver ça triste. Les histoires de fées nous font vomir. À d’autres les propos lénifiants et soporifiques des valets du capitalisme.

J’occupe aussi les fonctions de directeur adjoint. Je dirige les équipes (sic!), rédige les communiqués et assiste ma directrice dans la mesure de nos forces mises en commun.

Je travaille généralement de 19h30 à 6h00 am. Ma blonde s’occupe du jour et moi du soir et de la nuit. J’ai les diplômes qu’il faut pour exercer ma profession de préposé aux bénéficiaires. J’ai travaillé deux ans au Centre hospitalier de l’Université Laval et deux ans dans un CHSLD. Je suis revenu vers le métier de préposé après avoir effectué toutes sortes de boulots qui vont de la fabrication de palettes de bois à la rédaction technique. Feue ma mère, Jeannine René, était préposée aux bénéficiaires au Foyer Joseph-Denys, située sur la rue Laviolette à Trois-Rivières. C’est par elle que je suis entré dans ce métier. Et c’est avec son soutien spirituel que je puis continuer à affronter le danger tous les jours.

Je n’avancerai pas plus loin sur mon background. C’est sans intérêt, sinon pour placer un peu le décor humain…

https://preposeequebec.blogspot.com/2020/04/bulletin-du-front-sanitaire-ma-veillee.html?fbclid=IwAR1FSyQb0XgO_B-B0Lnx16P76oETd2R8KJUGbv6Z5RlN_WqcTgLA6RXZC9s


What’s being done across Canada to fight COVID-19

The COVID-19 pandemic has affected every province and territory. Canada’s chief public health officer and her provincial counterparts are encouraging people to wash their hands, give each other space and wear a mask if they are sick or a homemade one if they believe they could have been exposed to the virus and are not showing any symptoms.

Ottawa has put money into health-care research and the economy. It has also put restrictions on international travel and is mandating 14-day quarantines for travellers returning to Canada to try to limit spread of the novel coronavirus.

Classes are suspended or cancelled at schools throughout the country.

Each province and territory also has its own emergency measures to detect cases and prevent spread of the virus.

Here’s a look at some of the ways different jurisdictions are responding:
https://www.nationalobserver.com/2020/04/14/news/whats-being-done-across-canada-fight-covid-19


Fake solidarity by NATO


f you look at the facts, Lithuania is fighting alone with the epidemic of COVID-19 infection. However, like all other countries of the North Atlantic Treaty Organization.

You just need to look at Italy, which does not have time to bury the dead. The NATO allies apparently forgot that they were allies and turned a blind eye to the help that the Italians lack so much. It is more likely that NATO member countries live by the formula “self comes first”

Germany has shown how such “solidarity” in the Alliance looks like. Due to the COVID-19 virus, Germany without any reason blocked the supply of personal protective equipment purchased by the Hungarian leadership (masks, respirators, gas masks, gloves, protective suits). This was recently announced publicly by Prime Minister Viktor Orban.

Despite the fact that several hundred soldiers with coronavirus have already been gathered in the Lithuanian barracks, of which almost 30 are NATO soldiers from the multinational battalion battle group, no one is in a hurry to evacuate them or at least offer help with their treatment.

Thus, Minister of Defense of Lithuania Raimundas Karoblis, either does not understand what is happening in the countries of the world in a pandemic or lives in a parallel reality. Despite the refusal of NATO assistance, he states: “Lithuania does not plan to abandon its obligations to jointly strengthen the military alliance and does not intend to change amount of defense spending.”
https://balticword.eu/fake-solidarity-by-nato/


Voracious Pest: Deadly Olive Disease Would Cost Europe Over €20 Bln, Study Finds


Transmitted by sap-sucking insects such as spittlebugs, Xylella is deemed as one of the most dangerous pathogens for plants, with no cure for the disease known to date.

Along with olive trees, the pest can infect cherry, almond, and plum trees; however, given the fact that it was first discovered in 2013 in trees in Puglia, Italy, it has since been associated with olives. The disease has brought about devastating fallout in Italy, with an estimated 60% decline in crops.

The pathogen blocks water and nutrient transmission in trees, which gradually wither and die after being deprived of the essential life-sustaining elements.
https://sputniknews.com/business/202004141078952854-voracious-pest-deadly-olive-disease-would-cost-europe-over-20-bln-study-finds/


Poland holds virtual protests against abortion bill during COVID-19 lockdown


Human rights groups have launched an online protest against controversial bills in Poland on abortion and sexual education.

Polish MPs are set to consider new laws on Wednesday that pro-choice groups say would effectively ban abortions.

A second bill would also make it a crime to teach or promote sexual education to those under the age of 18.

But the coronavirus pandemic has meant that streets protests are not possible, as Poland has banned group gatherings as part of its state of emergency.
https://www.euronews.com/2020/04/14/poland-holds-virtual-protests-against-abortion-bill-during-covid-19-lockdown



Status/الوضع Issue 7.1 is Here! (Podcasts)

http://www.statushour.com/en/home


This issue of Status الوضع comes at an extraordinary time in our contemporary history, not just as a community of scholars, activists, writers, and artists concerned with the circumstances facing the peoples of the Middle East and North Africa, but rather as human beings around the world coming to terms with our collective ecology, economy, and politics!

As the threat and effects of the new COVID-19 virus spreads and ravages so many communities around the world, we are seeing an unprecedented global effort to curb its proliferation and minimize its effect. In addition to our usual programming in this issue, we have launched a new urgent video interview program called “Politics in the Time of Corona.” It is our earnest attempt to ascertain and survey the widespread impact of COVID-19 and the measures taken to contain it across the world. The program, hosted by Bassam Haddad and Noura Erakat, is already in its 8th episode at the time of this launch with more episodes coming in the days and weeks ahead. The purpose behind these interviews is to showcase both the specificities and commonalities between the address of COVID-19 and governance across locales, geographies, political landscapes, cultural milieus and other conditions. Each episode brings us closer to a different locale in the world to provide reporting, analysis, and reflection from colleagues on the challenges and implications in their communities. So far these interviews include So far we have interviews covering COVID-19 in Gaza with Issam A. Adwan and Salam Khashan, in Dublin (Ireland) with John Reynolds, in Cairo (Egypt) with Amr Adly, in Tehran (Iran) with Alex Shams and Hoda Katebi, on incarceration in Iran with Golnar Nikpour, in San Francisco (United States) with Jessica Malaty Rivera, in Doha (Qatar) and the Arabian Peninsula with Ahmad Dallal, and Vancouver (Canada) with Adel Iskandar. Do stay tuned to follow updates about COVID-19 from around the world through our incredible interlocutors at Status الوضع.

Yet before COVID-19 reset the world’s news agendas and shifted public attention, we have spent months preparing a rich collection of interviews for this very special issues. The conditions and circumstances that preceded COVID-19 as described by the many interlocutors we spoke to serve as a critical backdrop against which the virus’ impact should be examined and understood. Whether it is in Gaza and Syrian refugee camps or in countries like Iran, Egypt, or Turkey, socioeconomic and political circumstances inform how authorities, political elite, government infrastructure, state bureaucracy, civil society, and grassroots community organizing have responded and the efficacy of their efforts. It is important to recognize that while COVID-19 has shifted our attention away from other pressing matters in our respective communities, it may not have shifted the balance of power or erased vulnerability, it may have further exacerbated aggravated situations while simultaneously empowered the precarious in other situations. To understand these changes it is critical to expansively explore not just the virus and its repercussions, but the backdrop that precedes its advent.
https://www.jadaliyya.com/Details/40953


Gulf’s migrant workers struggling during pandemic


Millions of foreign labourers form the backbone of Gulf economies, but many of the sectors in which they work have been disrupted by the coronavirus outbreak.

DUBAI – Charity workers are scouring the United Arab Emirates for empty buildings and Bahrain is repurposing closed schools to rehouse low income labourers from overcrowded accommodation, a hotspot for the coronavirus outbreak in the Gulf.

The challenge is not limited to the region’s congested labour camps, where one room with bunk beds can sleep about a dozen workers, the virus has also spread in densely populated commercial districts where many expatriates share housing to save on rent. Many have lost jobs and are struggling.

Indian engineer Mohamed Aslam shares a three-bedroom apartment in the UAE capital Abu Dhabi with 14 other people. Health authorities put the building under quarantine after some residents tested positive for the virus.

“The charities are covering the food: dinner, lunch, breakfast,” he told Reuters news agency. “Praise be to God, because of charity we are surviving.”

Aslam is among millions of foreign workers, many from Asia, who form the backbone of Gulf economies and work in the construction, hospitality, retail, transport and services sectors, many of which have been disrupted by the outbreak.
https://middle-east-online.com/en/gulfs-migrant-workers-struggling-during-pandemic


Nigeria: Lagos residents defend homes against curfew bandits

Amid rising number of robberies during lockdown, residents form vigilante groups to keep guard against attackers.

The 54-year-old, a commercial bus driver, was looking forward to spending some quality time with his four children. Most days, he leaves his house in Lagos’s Iju-Ishaga area before they wake up and sometimes returns home after they have already gone to bed.

Four days into the lockdown, however, this downtime with his family was interrupted when a criminal gang stormed a nearby street to rob residents of their belongings.

“I woke up around 1am and I heard some neighbours screaming and calling for people to come out and defend them. It was like a movie scene. I made my way to the entrance of the house and found out that other neighbours were all out with weapons [such as machetes and clubs],” Kolawole told Al Jazeera.

A man standing beside a street barricade in Alagbado area of Lagos [Al Jazeera]

“I quickly ran back into the house to fetch my machete and joined other residents to form a barricade to prevent the hoodlums from invading our street. We stayed awake until 7am before dispersing to our homes.”

The quick mobilisation resulted in Kolawole and his immediate neighbours not coming under attack – unlike residents of two nearby streets. Armed with clubs, machetes and iron rod, the robbers ransacked homes, carted away valuables and injured some residents who put up a fight.

That was not the first time the community was targeted by criminal gangs. Kolawole acquired his machete, which he keeps close to his bedside, after being robbed in 2018.

(….)

Businessman Awosusi Ahmed keeping vigil in front of his Lagos home to prevent attacks on his family [Al Jazeera]


Nigeria is Africa’s most populous nation with a population of more than 200 million. Some 20 million reside in the megacity of Lagos, the majority of whom work in the informal sector.

The extension of the lockdown is expected to add to the hardship of millions of Nigerians living hand-to-mouth, often on less than one dollar a day.

Starting on April 1, the Humanitarian Affairs Ministry began paying 20,000 naira ($52) to families in the national social register of poor and vulnerable households.

Buhari has also ordered that “the current social register be expanded from 2.6 million households to 3.6 million households in the next two weeks. This means we will support an additional one million homes with our social investment programmes.”

But residents complained that the interventions do not go far enough.

“The government’s failure to disclose key details of the cash transfer program has also cast doubt on how many people it includes and who will benefit,” Human Rights Watch, a US-based NGO, said in a statement.

“Millions of Nigerians observing the COVID-19 lockdown lack the food and income that their families need to survive,” Anietie Ewang, the group’s Nigeria researcher, said.

On April 6, Finance Minister Zainab Ahmed said oil-rich Nigeria had requested $6.9bn from international lenders to mitigate the impact of the coronavirus pandemic. Already, Africa’s most populous country has seen its revenues slump following a drop in oil prices.

https://www.aljazeera.com/news/2020/04/nigeria-lagos-residents-defend-homes-curfew-bandits-200414165917113.html


Racism: The most dangerous ‘pre-existing condition’

Black Americans are dying disproportionately from COVID-19 and there is a reason for it.
More than 100 years ago, a 1926 syphilis survey conducted in the US state of Alabama showed that 36 percent of the people in Macon County had syphilis. Only 60 years after the legal abolition of slavery, Black Americans made up the majority of that county, barely keeping a living through sharecropping.

A subway rider wears a mask and a bandana to protect himself against COVID-19 in New York on April 7, 2020 [AP/Bebeto Matthews]

In 1932, the county was chosen to become a living laboratory in which for the next few decades, Black men would be tested and examined to track the development of syphilis. The study was led by what was then known as the Tuskegee Institute, which recruited hundreds of residents, misleading them that they were receiving treatment.

In the late 1940s, effective treatments became available for the disease, but the unwilling participants in the study were not given access to it. They did not become aware that they were being lied to until local media uncovered the truth in 1972.

This story was not an isolated accident but was rather part of the systematic disregard for African American lives by public and private institutions during the Jim Crow era. At that time, medical professionals openly espoused anti-Black racist beliefs and were convinced treatment for some diseases, like syphilis, was not possible among Black communities.

For instance, Thomas W Murrell, a doctor at the University College of Medicine in Richmond, Virginia, wrote in 1906:

“Those that are treated are only half cured, and the effort to assimilate a complex civilization drives their diseased minds until the results are criminal records. Perhaps here, in conjunction with tuberculosis, will be the end of the negro problem. Disease will accomplish what man cannot do.”
https://www.aljazeera.com/indepth/opinion/racism-dangerous-pre-existing-condition-200414154246943.html


Thousands Defy Lockdown At Bandra Station In Mumbai, Lathicharged By Cops
Video footage from the area showed hundreds of people jostling, government warnings about coronavirus and social distancing forgotten.
New Delhi:

Mumbai, the city with the highest cases of coronavirus, became the site of a huge protest this afternoon as hordes of migrant workers gathered outside Mumbai’s Bandra station today protesting against the extension of the lockdown. Video footage from the area showed thousands of people jostling, giving a go by to government warnings about coronavirus and social distancing.

Most demanded that they be allowed to go home. When the crowd ignored several warnings to disperse, batons were used, the police said.

The visuals — reminiscent of the huge migrant exodus outside the inter-state bus stations in Delhi after the lockdown was declared for the first time – raised questions about how such a huge crowd gathered despite multiple containment zones in the city. It also raised concern about further spread of the virus –Mumbai has seen more than 1,500 cases of COVID-19, more than half of the 2,300-plus cases in Maharashtra.

Union Home Minister Amit Shah had called Chief Minister Uddhav Thackeray to express concern and offer support. The administration needs to stay vigilant as such events will weaken India’s fight against coronavirus, he said.

Later in the evening, Chief Minister Uddhav Thackeray told the media that the people had gathered outside the station as they thought “the trains will start running and they will go home…Someone said something and hence they gathered”. “Don’t play with their emotions. They are poor people. I warn you don’t play with their emotions,” he said, addressing rumour-mongers.

<iframe allow='autoplay; fullscreen' src='https://www.ndtv.com/video/embed-player/?site=classic&id=545643&autostart=false&autoplay=0&pWidth=420&pHeight=315&category=embed' width='420' height='315' frameborder='0' scrolling='no' allowfullscreen='true' webkitallowfullscreen='true' mozallowfullscreen='true'> </iframe>

Sources told NDTV that the crowd wanted to leave Mumbai, expecting train services to resume. A message to that effect was apparently making the rounds. The police say they are still verifying the claim that a fake message was circulated.

The crowd mostly comprised migrant labourers who live in the slums around Bandra station. With no jobs, police messages that food would be delivered to them or they could shift to a camp, do not convince them.

“We have been providing food to their doorstep. The Centre has done nothing to give migrant labourers any confidence and with an expansion of the lockdown, they came out on the streets as an act of desperation,” said Zeeshan Siddique, a Congress MLA from the neighbouring constituency.
https://www.ndtv.com/india-news/massive-crowd-at-bandra-stand-in-mumbai-as-migrants-defy-lockdown-2211695?pfrom=home-topscroll


India extends world’s biggest virus lockdown
Covering 1.3 billion people, the lockdown has been extended until May 3


India’s poor

The shutdown, with strict limits on activity, has been devastating for the economy – and in particular for India’s poor.

Millions of daily wage laborers suddenly lost their jobs, forcing hundreds of thousands to travel hundreds of kilometers back to their home villages, often on foot.

A policeman wearing a coronavirus helmet takes part with others in a procession to raise awareness about Covid-19 during a government-imposed nationwide lockdown in Chennai on April 12, 2020. Photo: AFP/Arun Sankar

Some died on the way, while others were shunned by locals when they made it back to their villages. One clip that went viral on social media showed a group of migrants being hosed down with chemicals by local officials.

Others have been stranded in cities in cramped, unsanitary conditions where the virus could spread quickly.

New Delhi alone is providing hundreds of thousands of free meals.
Snarl-ups

Farmers have complained of a lack of workers to harvest crops while snarl-ups of thousands of trucks not allowed to move because of the lockdown have hampered food transport.

“We have tried to keep the interests of the poor and the daily wage workers in mind while making these new guidelines,” Modi said in his 24-minute address.

“The central and state governments are working together to ensure that the farmers don’t face any problems.”

Reserve Bank of India governor Shaktikanta Das has called the coronavirus an “invisible assassin” that could wreak havoc on the economy.

A restaurant industry group, a sector that employs millions of people nationwide, warned Monday there could be “social unrest” if it did not receive financial relief.

The commerce ministry has also reportedly urged the government to consider opening more activities “with reasonable safeguards” even if the lockdown is extended.

Even before the pandemic, the Indian economy was stuttering, with the highest unemployment for decades.

Growth had slowed to about 5.0% before the pandemic and some analysts say it could slump to 1.5-2.0% this year – way below the level needed to provide jobs for the millions coming into the labor market each month.
https://asiatimes.com/2020/04/india-extends-worlds-biggest-virus-lockdown/


Covid-19 provides perfect cover for Kim


Amid the global pandemic, North Korea unleashes multiple missile test launches
At a time when the world’s attention is glued to the Covid-19 pandemic, North Korea test-fired its latest barrage of missiles early Tuesday morning.

The test is believed to have been of short-range, anti-ship missiles, according to South Korea’s Joint Chiefs of Staff, which closely monitor North Korean military activities.

The projectiles were fired from the east coast and splashed approximately 150 kilometers east of the peninsula, in the Sea of Japan, which Koreans call the East Sea. The drills continued for about 40 minutes, the JCS said.

It was the fifth test this year. Four separate tests of various missile systems were conducted last month.
https://asiatimes.com/2020/04/covid-19-provides-perfect-cover-for-kim/


China Unicom Beijing and Huawei sign an MoU for “5G Capital”


pril 8, 2020 – BEIJING, CHINA: At the China Unicom Beijing and Huawei Release Conference of “5G Capital” Joint Innovation, China Unicom Beijing and Huawei signed a memorandum of understanding (MoU) for the “5G Capital” joint innovation project. The project aims to improve 5G networks for both users and industries in the new era of 5G development.

Based on this project, the two parties will further 5G technological innovation and 5G rapid commercial adoption. They will also continue to promote 5G smart services and explore business modes, contributing to the quick development of “New Infrastructure” to keep high-quality sustained economic development. This will better enable the two parties to build 5G leadership in technology, business, and social responsibility in Beijing and transform this city into a global 5G benchmark.

MoU signing between China Unicom Beijing and Huawei

Mr. Yang Lifan, Deputy General Manager of China Unicom Beijing, Mr. Fan Liqun, General Manager of the Network Development Department of China Unicom Beijing, and Mr. Ritchie Peng, CMO of Huawei’s Wireless Network Product Line, gave keynote speeches on the “5G Capital” joint innovation project.

Mr. Tang Xiongyan, a Chief Scientist of China Unicom Network Technology Research Institute, Mr. Zhou Yi, General Director of China Carrier Wireless Network & Cloud Core Network Marketing & Solution Sales Department of Huawei, and Mr. Zhao Ming, Director of China Unicom Beijing Account Department of Huawei also attended the MoU signing event.
https://www.telecomtv.com/content/news/china-unicom-beijing-and-huawei-sign-an-mou-for-5g-capital-38331/


Covid-19 can survive long exposure to high temperature, a threat to lab staff around world: Research paper



HONG KONG — The new coronavirus can survive long exposure to high temperatures, according to an experiment by a team of French scientists.

Professor Remi Charrel and colleagues at the Aix-Marseille University in southern France heated the virus that causes Covid-19 to 60°C for an hour and found that some strains were still able to replicate.

The scientists had to bring the temperature to almost boiling point to kill the virus completely, according to their non-peer-reviewed paper released on bioRxiv.org on Saturday (April 11). The results have implications for the safety of lab technicians working with the virus.

https://www.todayonline.com/world/covid-19-can-survive-long-exposure-high-temperature-threat-lab-staff-around-world-research


Lockdown: The number of people going hungry in Gauteng has doubled


The number of people who rely on food parcels provided by the Gauteng government to survive during the lockdown has doubled.

Gauteng Premier David Makhura revealed this during the launch of the Ekurhuleni Food Bank at the Springs fresh produce market on the East Rand on Tuesday.

Makhura said that, over the last two weeks, they had received calls from people who used to work before the lockdown who were now asking to be included on the list of the needy.

“Food security is critical in Gauteng. Ordinarily, in Gauteng, 20% of the population are food insecure. When there is no Covid-19, we also have residents who are food insecure.

“These are people who have a guarantee of food that can last them for five days and are worried about where they will source food for the remaining two days of the week.

“We want to assure all those contributing that this is not arbitrary, and beneficiaries are not identified arbitrarily,” said Makhura.

He said recipients are identified through existing government criteria.
https://www.news24.com/SouthAfrica/News/lockdown-the-number-of-people-going-hungry-in-gauteng-has-doubled-20200414


Dette : les appels à alléger les pays africains commencent à porter leurs fruits


Dix-neuf pays africains sur 25 à travers le monde bénéficieront « dans l’immédiat » d’un allègement de leur dette auprès du Fonds monétaire international (FMI). Ils recevront – dans le cadre de son Fonds de réserve et de secours en cas de catastrophe (CCRT)- des subventions pendant six mois pour couvrir leurs obligations au titre du service de la dette envers le FMI, a-t-il annoncé. Ce sont : le Bénin, du Burkina Faso, des Comores, de la Gambie, de la Guinée, la Guinée-Bissau, le Libéria, Madagascar, le Mali, le Mozambique, le Niger, la République centrafricaine (RCA), la République démocratique du Congo (RDC), le Rwanda, Sao-Tomé et Principe, la Sierra Leone et le Togo. Selon les précisions de l’institution de Bretton Woods, il s’agit d’une « première vague ».

« Cela [...] leur permettra de canaliser davantage de leurs ressources financières vers des secours médicaux et autres secours vitaux ». Kristalina Georgieva, DG du FMI

Le CCRT, indique le Fonds, est actuellement doté de près de 500 millions de dollars. Une première tranche de 250 millions sera déployée pour les 25 pays présentement sélectionnés. La Grande-Bretagne a contribué à hauteur de 185 millions, le Japon a apporté 100 millions, tandis que les apports d’autres pays donateurs comme la Chine ne sont pas précisés. Mais alors que le FMI veut porter ce fonds à 1,4 milliard de dollars pour alléger la dette de plus de pays, l’institution financière international entend « faire pression » sur les donateurs pour atteindre cet objectif et envisage en parallèle la vente d’une part de ses réserves d’or.
https://afrique.latribune.fr/economie/2020-04-14/dette-les-appels-a-alleger-les-pays-africains-commencent-a-porter-leurs-fruits-845108.html


WHO Confirms New Ebola Case in the DRC


The World Health Organization (WHO) has announced that a new case of Ebola has been confirmed in the DR Congo.

The announcement on Friday came just days before the country’s largest-ever Ebola outbreak was expected to be declared over.

The new case was confirmed in Beni, a town at the heart of the epidemic in the eastern part of the DR Congo. According to reports, the patient died on Thursday morning in a hospital after showing symptoms several days earlier.

The multisectoral committee for the response to the epidemic said in a statement that preliminary information shows that he is a 26-year-old man in Beni territory.

The committee added that its teams, in collaboration with the WHO, are already on the ground to deepen the investigations and implement public health actions.
https://africalaunchpad.com/who-confirms-new-ebola-case-in-the-drc/


Taxi owner tells of struggle


Doctors and healthcare professionals aren’t the only workers providing crucial services during the Covid-19 lockdown; taxi and bus drivers are too.

But a city taxi boss who has had to double up as a taxi driver says he is concerned about the nonchalant attitude from passengers regarding Covid-19.

Sheldon Woodroffe, who is also the Woodlands Taxi Association chairperson, fears contracting the virus and has seen most clients are unfazed by the situation. “People say they won’t stop living their lives; many people are continuing as if it is normal. Some passengers say it’s not a black man’s disease. They say it won’t hit them.

“Very few come here wearing masks. Some say it makes them claustrophobic. I think more education is needed.”

Woodroffe admits that the restrictions governing public transport during the lockdown have left him battling to make ends meet. “It’s terrible for business. I’m only making a quarter of the regular profit …”

For Woodroffe, the biggest anxiety is having one of his taxis repossessed as he cannot meet his instalment this month. “I’m financed by SA Taxi. They have already started sending messages threatening to repossess the vehicle. As it stands, I can’t afford to pay the R18 500 instalment.”
https://www.news24.com/SouthAfrica/News/taxi-owner-tells-of-struggle-20200413


A jackal sits on the grass in Yarkon Park, in front of a Ferris wheel in nearby Luna Park, in Tel Aviv. #



Sélection Sur les fils Sars-Cov Info https://t.me/nCovFR et COVID-Pandemic 19: https://ko-fi.com/covid_19pandemic_breaking et SARS-COV Info: https://ko-fi.com/covid_19pandemic_breaking et Coronaviurs Infolive: https://ko-fi.com/covid_19pandemic_breaking

SARS-CoV-2-INFO, [1 190 vues, 14 Apr 2020 at 09:47:14]:
🦠 Les responsables de l’Organisation mondiale de la santé ont déclaré lundi que toutes les personnes qui se remettent du coronavirus n’ont pas les anticorps nécessaires pour combattre une seconde infection, ce qui fait craindre que les patients ne développent pas une immunité après avoir survécu au Covid-19.

“En ce qui concerne le rétablissement puis la réinfection, je crois que nous n’avons pas les réponses à cela. C’est une inconnue”, a déclaré lundi le docteur Mike Ryan, directeur exécutif du programme d’urgence de l’OMS, lors d’une conférence de presse au siège de l’organisation à Genève.

Une étude préliminaire sur des patients à Shanghai a révélé que certains patients n’avaient “aucune réponse anticorps détectable” alors que d’autres avaient une réponse très élevée, a déclaré le docteur Maria Van Kerkhove, scientifique principale de l’OMS sur le Covid-19. La question de savoir si les patients qui ont eu une forte réponse anticorps étaient immunisés contre une seconde infection est “une question distincte”, a-t-elle ajouté.

Plus de 300 000 des 1,87 million de cas de coronavirus dans le monde ont été guéris, ont noté les responsables de l’OMS, ajoutant qu’ils ont besoin de plus de données sur les patients guéris pour comprendre leur réponse anticorps, si cela leur donne une immunité et pour combien de temps.

“Nous devons vraiment mieux comprendre à quoi ressemble cette réponse anticorps en termes d’immunité”, a déclaré M. Van Kerkhove.

Selon M. Ryan, on peut se demander si le virus peut se réactiver après qu’un patient se soit rétabli et que les tests pour le Covid-19 se soient révélés négatifs.

“Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles nous pourrions assister à une réactivation de l’infection, soit avec la même infection, soit avec un autre agent infectieux”, a-t-il déclaré. En général, “il y a de nombreuses situations d’infection virale où une personne n’élimine pas entièrement le virus de son système”. Certains patients peuvent également se débarrasser de l’infection principale mais développer une infection bactérienne secondaire, a-t-il dit.

Les centres américains de contrôle et de prévention des maladies ont déclaré qu’ils développaient un test pour détecter la présence d’anticorps de coronavirus afin de déterminer si une personne pourrait être immunisée contre la maladie. Si un tel test peut déterminer qui a été exposé au virus, il n’est pas certain qu’il puisse identifier les personnes immunisées contre la réinfection, selon l’OMS.

Les responsables de l’OMS ont également mis en garde lundi contre la levée des restrictions de distanciation sociale et la réouverture d’entreprises, alors même que les dirigeants politiques américains, du président Donald Trump au gouverneur de New York Andrew Cuomo, le président français Emmanuel Macron, ont déclarés qu’ils espéraient rouvrir des entreprises dès que cela serait possible en toute sécurité.

“Alors que le Covid-19 accélère très vite, il décélère beaucoup plus lentement. En d’autres termes, la descente est beaucoup plus lente que la montée”, a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une conférence de presse au siège de l’organisation à Genève, lundi. “Cela signifie que les mesures de contrôle doivent être levées lentement et avec contrôle. Cela ne peut pas se faire d’un seul coup”.

M. Tedros a établi une liste de contrôle à l’intention des pays avant qu’ils n’envisagent de lever les mesures de distanciation sociale :

  • La transmission du virus doit être contrôlée.
  • Un système de surveillance doit être mis en place pour détecter, isoler et traiter les patients.
  • Les épidémies dans les hôpitaux et les maisons de retraite doivent être réduites au minimum.
  • Des mesures préventives doivent être mises en place dans les lieux essentiels tels que les écoles et les lieux de travail.
  • Le risque d’importer la maladie de l’étranger doit être maîtrisé.

“Les mesures de contrôle ne peuvent être levées que si les bonnes mesures de santé publique sont en place, y compris une capacité significative de recherche des contacts”.

COVID-19 Pandemic – Breaking, [8 458 vues, 14 Apr 2020 at 10:06:42]:
🇨🇳 Two Chinese companies were banned from exporting anti-epidemic products as China tightens quality control on export of such goods, according to Ministry of Commerce on Mon. Some foreign buyers previously returned shipments to these two enterprises due to substandard quality. @COVID19Up

COVID-19 Pandemic – Breaking, [10 719 vues, 14 Apr 2020 at 10:06:55]:
🇺🇸 This is the true human cost of COVID-19 that you don’t see on TV very often.

CNN obtained photos from ER staff at a Detroit hospital, showing bodies pilled up in vacant spaces because the morgue was full. Nearly 1,500 people have died in Michigan, and 23,000 nationwide. @COVID19Up

📡Guardians of Hong Kong, [14 Apr 2020 at 10:09:02]:
Stand News Wins Four Awards and “The Best Press Photo Of The Year” in Taiwan Press Photo Contest

Taiwan Press Photo Contest is organised by the Taiwan Press Photographer Association, with 12 competition categories including spot news, general news, sport news, features, people in the news, etc. Among the around 1,600 pictures in the competition, Stand News wins 4 awards. One of the pictures that captured riot police shining strong beams of light at reporters in Wong Tai Sin in Aug 2019 won “The Best Press Photo Of The Year”. The winning pictures are taken by Nasha Chan and Peter Wong. A reporter from Initium Media also won “The Best Series Of Press Photo Of The Year” with pictures taken during the anti-extradition law movement.

Sources: Stand News
Editor’s Note: As Hong Kongers, we wish these pictures can remind us of those walking ahead of us during the movement. May the flame in our hearts never be extinguished.


🇮🇳 Des milliers de personnes se sont rassemblées à Mumbai pour manifester contre la prolongation du confinement en Inde. (Times of India)


🇨🇳 En Chine, des Africain·e·s se font jeter des commerces, expulser de leur appartement ou placer en quarantaine de force sans raison.

🌐 Flash Info 🌐, [2 831 vues, 14 Apr 2020 at 21:13:41]:
🌐 Flash-Info : Les ministres s’expriment à propos du déconfinement le 11 mai 🇫🇷

“Ce qu’a annoncé Emmanuel Macron ce n’est pas le déconfinement le 11 mai, c’est le confinement jusqu’au 11 mai”, nuance le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner.

🌐 Flash Info 🌐, [2 663 vues, 14 Apr 2020 at 21:13:54]:
🌐 Flash-Info : Trump veut prendre la main sur le déconfinement, au risque de conflits 🇺🇸 (AFP)

“C’est le président des Etats-Unis qui décide!”. Déterminé à être le grand ordonnateur du déconfinement des Etats-Unis, Donald Trump semble prêt à aller au conflit avec les gouverneurs, au risque de créer la confusion chez les Américains.

La réponse d’Andrew Cuomo, gouverneur de New York, a été vive :
“La position du président est tout simplement absurde. Ce n’est pas ce que dit la loi. Ce n’est pas ce que dit la constitution. Nous n’avons pas un roi, nous avons un président”, a-t-il lancé mardi matin sur CNN.

🌐 Flash Info 🌐, [2 268 vues, 14 Apr 2020 at 21:14:01]:
🌐 Flash-Info : L’Association internationale du transport aérien (IATA) a évalué mardi une chute de 55% pour les revenus des compagnies aériennes en 2020. Une baisse du chiffre d’affaires qui équivaut à 286 milliards d’euros, soit du “jamais vu auparavant”.


Things are boiling over in Mitchell’s Plain, City of Cape Town, Western Cape province. Riot is apparently due to food parcels that were promised to the less-fortunate but never arrived.

Situation is spreading with riots and opportunistic looting now occurring in Seawinds, near Muizenburg, City of Cape Town, Western Cape province.

🌐 Flash Info 🌐, [2 072 vues, 14 Apr 2020 at 21:14:09]:
🌐 Flash-Info : Bilan en France 🇫🇷 (DGS)

Le nombre de cas confirmés dans les hôpitaux s’élève à 103.573, soit 5.497 cas de plus ces dernières 24 heures.

Le nombre total de décès s’élève quant à lui à 15.729, soit 762 morts de plus qu’hier. (10.129 décès dans les hôpitaux et 5.600 dans les EHPAD/MES)

Le nombre de personnes hospitalisées est de 32.292, soit 179 de plus que la veille.

Par ailleurs, le nombre de patients en soins intensifs est de 6.730, soit 91 de moins que la veille.

COVID-19 Pandemic – Breaking, [5 801 vues, 14 Apr 2020 at 21:14:56]:
🇮🇷 A farmer in Qom took revenge on his local bank by giving one of his cattle to the bank instead of a $600 debt.

While, businesses are closed due to coronavirus outbreak, the bank apparently refused to grant him respite & froze account of his guarantor. @COVID19Up

SARS-CoV-2-INFO, [14 Apr 2020 at 21:16:04]:
🇫🇷 Aujourd’hui, Christophe Castaner a assuré que “14 millions” de masques seraient “distribués d’ici le 26 avril”, et que 40 millions de masques supplémentaires ont été commandés.

SARS-CoV-2-INFO, [14 Apr 2020 at 21:16:10]:
🇫🇷Le médecin glissera ces mots sur le certificat de décès : « suspicion de Covid ». Sans savoir si cela aura un effet sur les statistiques Flèche vers la droite Morts à domicile : les victimes invisibles du COVID-19

Chaque soir, le directeur général de la Santé fait le point : le bilan est actuellement de 9 253 personnes mortes à l’hôpital, et 5 140 dans les Ehpad et établissements médico-sociaux. Mais il pourrait être bien plus lourd en comptant les personnes décédées chez elles

Sur 57 440 décès toutes causes confondues au mois de mars, environ 13 000 personnes sont mortes chez elles. L’Insee ne précise pas la cause, et au vu de la faible quantité de tests réalisés, il est difficile d’établir le nombre exact de morts liées à l’épidémie

Le dernier patient qu’il a perdu est mort, à 85 ans, dans son lit : insuffisance respiratoire. Le Dr Philippe Doll, généraliste dans le Haut-Rhin, suspecte un cas de Covid-19 mais, sans test et hors hôpital, ce décès n’entrera pas dans le bilan officiel des victimes

Il faudra attendre une étude scientifique et démographique complète, qui prendra sans doute de longs mois, avant d’avoir des chiffres se rapprochant de la réalité, sur les décès imputables à l’épidémie de Covid-19.
(Enquête de Ouest-France)

SARS-CoV-2-INFO, [14 Apr 2020 at 21:16:25]:
🌎 Trump a l’intention jeudi de tenir une vidéoconférence avec les dirigeants des pays du G7 sur les mesures de lutte contre le coronavirus.

SARS-CoV-2-INFO, [1 190 vues, 14 Apr 2020 at 21:17:15]:
🦠 Les responsables de l’Organisation mondiale de la santé ont déclaré lundi que toutes les personnes qui se remettent du coronavirus n’ont pas les anticorps nécessaires pour combattre une seconde infection, ce qui fait craindre que les patients ne développent pas une immunité après avoir survécu au Covid-19.

“En ce qui concerne le rétablissement puis la réinfection, je crois que nous n’avons pas les réponses à cela. C’est une inconnue”, a déclaré lundi le docteur Mike Ryan, directeur exécutif du programme d’urgence de l’OMS, lors d’une conférence de presse au siège de l’organisation à Genève.

Une étude préliminaire sur des patients à Shanghai a révélé que certains patients n’avaient “aucune réponse anticorps détectable” alors que d’autres avaient une réponse très élevée, a déclaré le docteur Maria Van Kerkhove, scientifique principale de l’OMS sur le Covid-19. La question de savoir si les patients qui ont eu une forte réponse anticorps étaient immunisés contre une seconde infection est “une question distincte”, a-t-elle ajouté.

Plus de 300 000 des 1,87 million de cas de coronavirus dans le monde ont été guéris, ont noté les responsables de l’OMS, ajoutant qu’ils ont besoin de plus de données sur les patients guéris pour comprendre leur réponse anticorps, si cela leur donne une immunité et pour combien de temps.

“Nous devons vraiment mieux comprendre à quoi ressemble cette réponse anticorps en termes d’immunité”, a déclaré M. Van Kerkhove.

Selon M. Ryan, on peut se demander si le virus peut se réactiver après qu’un patient se soit rétabli et que les tests pour le Covid-19 se soient révélés négatifs.

“Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles nous pourrions assister à une réactivation de l’infection, soit avec la même infection, soit avec un autre agent infectieux”, a-t-il déclaré. En général, “il y a de nombreuses situations d’infection virale où une personne n’élimine pas entièrement le virus de son système”. Certains patients peuvent également se débarrasser de l’infection principale mais développer une infection bactérienne secondaire, a-t-il dit.

Les centres américains de contrôle et de prévention des maladies ont déclaré qu’ils développaient un test pour détecter la présence d’anticorps de coronavirus afin de déterminer si une personne pourrait être immunisée contre la maladie. Si un tel test peut déterminer qui a été exposé au virus, il n’est pas certain qu’il puisse identifier les personnes immunisées contre la réinfection, selon l’OMS.

Les responsables de l’OMS ont également mis en garde lundi contre la levée des restrictions de distanciation sociale et la réouverture d’entreprises, alors même que les dirigeants politiques américains, du président Donald Trump au gouverneur de New York Andrew Cuomo, le président français Emmanuel Macron, ont déclarés qu’ils espéraient rouvrir des entreprises dès que cela serait possible en toute sécurité.

“Alors que le Covid-19 accélère très vite, il décélère beaucoup plus lentement. En d’autres termes, la descente est beaucoup plus lente que la montée”, a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une conférence de presse au siège de l’organisation à Genève, lundi. “Cela signifie que les mesures de contrôle doivent être levées lentement et avec contrôle. Cela ne peut pas se faire d’un seul coup”.

M. Tedros a établi une liste de contrôle à l’intention des pays avant qu’ils n’envisagent de lever les mesures de distanciation sociale :

  • La transmission du virus doit être contrôlée.
  • Un système de surveillance doit être mis en place pour détecter, isoler et traiter les patients.
  • Les épidémies dans les hôpitaux et les maisons de retraite doivent être réduites au minimum.
  • Des mesures préventives doivent être mises en place dans les lieux essentiels tels que les écoles et les lieux de travail.
  • Le risque d’importer la maladie de l’étranger doit être maîtrisé.

“Les mesures de contrôle ne peuvent être levées que si les bonnes mesures de santé publique sont en place, y compris une capacité significative de recherche des contacts”.

Revue de presse internationale (non exhaustive, et plus ou moins aléatoire)

précédente: https://telegra.ph/Revue-de-presse-internationale-non-exhaustive-et-suivi-des-fils-03-31

pour mémoire, ou pour rien, simplement comme un rapide tableau des discussions à travers le monde.

Manila, Philippines
A flagellant whips his back as penance, defying government orders to avoid religious gatherings and stay at home to stop the spread of the coronavirus
Photograph: Ezra Acayan/Getty
(la série de photos du jour du Guardian est quotidienne et bien faîte:
https://www.theguardian.com/news/gallery/2020/apr/10/easter-in-lockdown-good-friday-best-photos

10/4

Articles divers 10/04 (hors france):

# le Vaccin BCG aide-t-il? peut-être.

# l’île de Malte prévoit 20 000 tests

# émeutes en Belgique suite à des violences policières (la police n’est pas confinée)

# les start-ups appelées à l’innovation au Luxembourg

# bien des tests d’infections ne sont pas fiables

# achat massifs et en foule alors que le confinement est annoncé en Turquie

# la police intervient pour empêcher l’enterrement d’un médecin dans un village en Egypte

#la librairie de la Beat Generation à San Francisco en faillite

# des bébés sous masques dans les maternités en Thailande

# l’Arabie Saoudite déclare un cessez-le-feu dans sa guerre au Yemen

# des incendies autour de Chernobyl difficiles à contenir mais “tout irait bien”

# des millions d’enfants très pauvres en Inde doivent faire face au virus et au manque de nourriture

# la famine monte pour plus de 3 millions de personnes en Angleterre

# ce serait un bon moment pour annuler la dette des pays d’Afrique sub-saharienne, peut-on compter sur le FMI?

#Des différentes façons dont les smartphones pourraient suivre l’infection

# Débat dans l’Ouest du Bengale sur la possibilité de tenir un marché aux fleurs

# Depuis qu’un tigre a été testé comme porteur du virus, dans tous les zoos les consignes sont strictes, “ne pas toucher ou approcher les animaux”

# Un an après le soulèvement au Soudan, les manifs sont impossibles du fait du virus

# Les troupes militaires Tchadiennes attaques Boko Haram

# Apple et Google sont prêts à aider et participer à toutes les développements d’applis de suivi des infections et à discuter avec les autorités étatiques…

# Une série d’articles sur le Canada (en contrepoint à la présentation quelque peu idyllique des politiques de Trudeau ici: https://maxpolicy.substack.com/p/issue-14-growing-anxiety-in-indigenous). Un article évoquait la réorganisation en cours des industriels de l’énergie fossile et prévoyait un possible retour très fort de l’industrie extractiviste dans la crise du Covid19 (https://plus.lesoir.be/290554/article/2020-03-28/pourquoi-la-crise-du-coronavirus-est-une-bombe-retardement-pour-le-climat) . Actuellement, au Canada, l’extraction pétrolière ne s’est aucunement arrêtée et continue presque d’autant plus. L’Ontario a voté une suspension des restrictions dues aux considérations écologiques et climatiquessur la production industrielle, pour que tout soit permis et que rien ne vienne freiner la relance économique. Face à la crise, les industriels n’observent pas le retour tout temporaire des animaux dans quelques villes, dans les océans ou ailleurs, ils réaffirment au contraire combien les énergies fossiles sont des valeurs sûres, et peuvent permettre selon eux de relancer “la croissance”.


Countries with Mandatory Policies to BCG Vaccine Register Fewer Coronavirus Deaths

A new scientific study has discovered a possible correlation between countries where it is mandatory to be vaccinated against tuberculosis, also called “Bacillus Calmette-Guerin” (BCG), and the impact of the new coronavirus.

“We found that countries without universal policies of BCG vaccination (Italy, Netherlands, USA) have been more severely affected compared to countries with universal and long-standing BCG policies”, the study’s authors wrote.


https://www.novinite.com/articles/204095/Countries+with+Mandatory+Policies+to+BCG+Vaccine+Register+Fewer+Coronavirus+Deaths


Coronavirus: testing begins on 20,000 workers who serve the public


The precautionary testing of 20,000 employees in the private and public sectors who continue to go to work started on Saturday.

It is expected to last for 20 days and will test people islandwide. The health ministry urged those who are unable to work from home, mainly those providing services to the public to go get tested for Covid-19.
The tests are being carried out by private labs in all districts.


https://cyprus-mail.com/2020/04/11/coronavirus-testing-begins-on-20000-workers-who-serve-the-public/


Le décès d’un jeune après une course-poursuite avec la police provoque une violente émeute à Anderlecht (véhicules caillassés)


Des émeutes ont éclaté dans le quartier de Cureghem à Anderlecht. De nombreux habitants sont sortis dans les rues de la commune pour protester suite au décès d’un jeune homme lors d’une course-poursuite avec la police vendredi soir.

Des incidents violents sont en cours. Sur l’avenue Clémenceau et la Chaussée de Mons, des jeunes affrontent directement la police avec des jets de projectiles. Des véhicules ont été callaissés, et du matériel urbain détruit. Deux policiers ont été blessés, l’un par un pavé, l’autre par un cocktail Molotov.

La police est déployée en masse et le quartier autour de la station de métro Clémenceau est complètement bouclé. Un canon à eau et un hélicoptère ont été envoyés.


https://www.lalibre.be/regions/bruxelles/le-deces-d-un-jeune-apres-une-course-poursuite-avec-la-police-provoque-une-emeute-a-anderlecht-des-vehicules-incendies-5e91d11dd8ad581631e73df6


Les start-up appelées à innover pour surmonter la crise Covid-19 au Luxembourg

En collaboration avec Luxinnovation, le ministère de l’Économie lance à destination des jeunes entreprises innovantes un appel à projets sous le nom “StartupsVsCovid19”. Les start-up sont appelées à introduire des projets portant sur le développement de produits ou services innovants d’ordre technologiques destinés à limiter voire à surmonter les effets économiques, sanitaires ou sociétaux de la crise liée à la pandémie du coronavirus Covid-19.

Les propositions de projets sont à introduire à compter du 20 avril et jusqu’au 30 avril 2020 inclus via le site où toutes les informations utiles sont publiées pour répondre à l’appel de projets. Un jury, composé de représentants du ministère de l’Économie, de Luxinnovation, du Technoport, du Luxembourg-City Incubator, la House of Startups et de la LHoFT procèdera le 7 mai à la pré-sélection des projets sur dossier. La sélection finale se fera après les auditions des présélectionnés par visio-conférences le 14 mai. Les projets retenus seront annoncés vers la mi-mai et devront être exécutés en respectant le budget présenté.


https://gouvernement.lu/fr/actualites/toutes_actualites/communiques/2020/04-avril/10-covid19-startups.html


Armenia seeks to weaken environmental information law


Watchdogs fear the change would allow the government to limit the release of mining-related information.


Doydoyan fears the new law could be used to classify information about mining projects. “Decisions about mining are made in discussions with the public. If the public is denied information, how would people make an informed and fact-based decision?” she told Eurasianet.

The Ministry of Environment says it is not seeking to limit the flow of information, only to bring Armenia’s legislation in line with international standards.

“Under the current law, if, for example, a person requests information about the breeding site of the Caucasian leopard, we are obliged to provide that information within five working days,” the ministry said in a press release.

The UN Aarhus convention on access to information and environmental justice allows governments to deny information requests “if the disclosure would adversely affect the environment to which the information relates, such as the breeding sites of rare species.”
https://eurasianet.org/armenia-seeks-to-weaken-environmental-information-law


How false negatives are complicating COVID-19 testing

People with negative results might actually have the virus, as all tests are not 100 percent reliable, experts warn.


As COVID-19 tests become more widely available across the United States, scientists have warned that there is one growing concern: The tests are not 100 percent reliable, meaning people with negative results might actually have the virus.

That could have devastating implications as a global recession looms and governments wrangle with the question of when to reopen economies shuttered as billions of people were ordered to stay home in an effort to halt the transmission of the deadly disease.


https://www.aljazeera.com/news/2020/04/false-negatives-complicating-covid-19-testing-200411100741669.html


Panic-buying in Turkey after orders to stay home for 48 hours
Roads in Turkish cities packed, long queues form outside shops as thousands of people rush to buy last-minute goods following a sudden order from authorities to stay home.

ANKARA – Turkey ordered citizens to stay at home for 48 hours across 31 cities starting midnight Friday to contain the spread of the new coronavirus, immediately triggering panic-buying in some cities.

The interior ministry said in a statement the order would last until midnight (2100 GMT) on Sunday in dozens of cities, including the economic hub of Istanbul and the capital Ankara.

Almost immediately afterwards, thousands of people in Istanbul and Ankara flocked to markets and bakeries still open for last-minute shopping.


https://middle-east-online.com/en/panic-buying-turkey-after-orders-stay-home-48-hours


Police make arrests and disperse protest against coronavirus victim burial in Egyptian village


Demonstrators in Nile Delta village protest burial of Covid-19 victim fearing contagion


Police on Saturday arrested 12 people as they dispersed a crowd in a Nile Delta village protesting against the burial of a coronavirus victim.

Egyptian men wearing masks wait outside a centre of non-governmental organisation Egyptian Food Bank to receive cartons with foodstuffs (AFP)

A security source told AFP that relatives had taken the body of a retired doctor from her home in Daqahliya, north of Cairo to the family vault in the village of Shubra al-Bahou.

However, prior to the burial, dozens of villagers launched a demonstration outside the cemetery.
https://www.middleeasteye.net/news/police-make-arrests-and-disperse-protest-against-coronavirus-victim-burial-egyptian-village


San Francisco’s iconic City Lights bookstore on verge of closing


City Lights was founded by Lawrence Ferlinghetti, one of the members of the Beat movement, in 1953. The store in the now-fashionable North Beach neighborhood is synonymous with the Beat Generation and was the publisher of Allen Ginsberg’s famous poem “Howl.”
It still serves as a meeting place for San Francisco’s creative community and hosts readings, book signings and other literary events.


https://edition.cnn.com/travel/article/city-lights-bookstore-san-francisco-gofundme/index.html


Hospital in Thailand Gives Newborn Babies Tiny Face Shields as Protection From Coronavirus

In a statement to TIME, the hospital explains that on Thursday the nurses had began preparing the babies to be discharged and taken home from the hospital. When the babies’ mother explained that she would have to take a taxi or public transport to get home, “the nurses worried about the babies’ well-being and they handcrafted the face shields,” the hospital says.

“The face shields were just for a short-term protection,” the statement continues. The hospital adds that it does not have any pediatric cases of COVID-19.

In a post on Facebook, the hospital reiterated that these face shields were for a “unique case” just for the babies’ journey home from the hospital and are not usually given to all newborn babies in the hospital. “Because safety is what we care about the highest,” the post said.

The photographs, which were taken through a glass window in the hospitals maternity ward, show nurses and the mother also wearing masks around the newborns.


https://time.com/5819527/babies-face-masks-thailand/


Saudi Arabia declares ceasefire in Yemen over coronavirus


he Saudi-led coalition fighting Houthi rebels in Yemen has declared a two-week ceasefire in a bid to stem the spread of the coronavirus in the war-torn country, according to the state-run Saudi Press Agency (SPA).
The ceasefire in the five-year conflict was set to begin Thursday, according to coalition spokesman Col. Turki al-Malki. SPA said the move was prompted by United Nations Secretary-General Antonio Guterres’ call for a pause of hostilities in the country in order to counter the spread of Covid-19.
The coronavirus has now infected more than 1.5 million people and killed over 88,000 worldwide, according to Johns Hopkins University.


https://edition.cnn.com/2020/04/09/middleeast/saudi-yemen-coronavirus-ceasefire-intl/index.html


Chernobyl Wildfires Reignite, Stirring Up Radiation – Serialpressit (News)


VINNYTSIA, Ukraine — Firefighters have struggled to control wildfires burning through radioactive forest in the abandoned territory around the Chernobyl nuclear plant, where radiation levels are considerably lower than they were immediately after the 1986 accident but still pose risks.

Radiation readings near the wildfires, where smoke is swirling about, have been elevated, with the wind blowing toward rural areas of Russia and Belarus for most of the past week. The wind shifted Friday toward Kyiv, the Ukrainian capital, but authorities say the radiation level is still normal in the city, whose population is about three million.

But Saturday’s strong winds could spread the fires to the remnants of the nuclear plant and the equipment that was used to clean up the disaster, said Kateryna Pavlova, the acting head of the agency that oversees the area, in a telephone interview. “At the moment, we cannot say the fire is contained,” Ms. Pavlova said.

After the 1986 Chernobyl disaster, authorities created an area around the plant known as the Zone of Alienation, a rough circle with a nearly 18-mile radius, fenced off with barbed wire. Access to the zone is limited to workers who manage the site and tourists who take guided excursions.


https://www.serialpressit.com/2020/04/11/chernobyl-wildfires-reignite-stirring-up-radiation-serialpressit-news/


Coronavirus: The children struggling to survive India’s lockdown


With 472 million children, India has the largest child population in the world and campaigners say the lockdown has impacted around 40 million children from poor families.

These include those working in farms and fields in rural areas, as well as children who work as ragpickers in cities or sell balloons, pens and other knick-knacks at traffic lights.

Sanjay Gupta, director of Chetna, a Delhi-based charity that works with child labourers and street children, says the worst affected are the millions of homeless children who live in cities – on streets, under flyovers, or in narrow lanes and bylanes.


https://www.bbc.com/news/world-asia-india-52210888


Hunger crisis hits lockdown Britain as 1.5million say they go without eating all day due to poverty brought on by coronavirus pandemic

Shocking figures come from YouGov poll commissioned by the Food Foundation
More than one million have lost all their income since lockdown was announced
Charity calls for food parcels to be delivered to those who are self-isolating 
Learn more about how to help people impacted by COVID

Million of Brits are going without meals in a growing food crisis amid the coronavirus lockdown, according to a charity.

Some 1.5 million people have reported going a whole day without eating since the draconian measures were introduced three weeks ago, because they didn’t have enough in their cupboards and fridges.

The figures, from a YouGov poll commissioned by the Food Foundation and the FFCC (Food, Farming and Countryside Commission), also show six per cent of the population – more than three million people – have had someone in their household skip dinner.
https://www.dailymail.co.uk/news/article-8210559/Hunger-crisis-hits-lockdown-Britain-1-5million-say-without-eating-day.html?ns_mchannel=rss&ns_campaign=1490&ito=1490


Coronavirus crisis demands that the G20 give debt relief to sub-Saharan Africa


For more than two years the World Bank and the International Monetary Fund have warned that sub-Saharan Africa stands on the verge of a debt crisis. Ever since commodity prices began to fall in 2015, the public finances of nations stretching from Nigeria to Kenya and Chad to South Africa have deteriorated.

If China is the manufacturing centre of the world, Africa is its chief supplier of essential materials, from oil and copper to the rare-earth minerals used in mobile phones. As China’s manufacturing waned in the middle of the last decade, so did the crucial foreign earnings that keep African nations afloat.

Making matters worse, an investment binge to build much-needed infrastructure left the continent with spiralling debt costs.
Coronavirus: the week explained – sign up for our email newsletter
Read more

The high rate of interest that sub-Saharan governments pay on their debts means that the cumulative stock of loans can be modest in relation to national income but still be unaffordable.
https://www.theguardian.com/world/2020/apr/11/sub-saharan-africa-g20-imf-world-bank-debt-relief-coronavirus


For non-intrusive tracking of Covid-19, smartphones have to be smarter

Broadly speaking, there are three main approaches to harnessing smartphone capabilities. There’s the standard “data grab” model in which the state declares that, due to exceptional circumstances, etc, we have to grab everyone’s location data, centralise and analyse it – all under “legal protections” of course. (Ho ho). Then there’s the variant of data-grabbing, which adds reassuring bromides about how the data will be “anonymised” – conveniently ignoring the technical impossibility of guaranteeing anonymity.

And then there are decentralised models that keep as much sensitive data on users’ phones as possible and uses a centralised server only to enable people to use their own devices to trace contacts. All over the world – at MIT, Cambridge University, King’s College London and a range of European technical universities, for example, groups of gifted researchers have been working on this third approach. Prototypes already exist (I have one on my phone). And what this shows is that privacy-preserving approaches to proximity-tracing are possible, and that countries do not need to accept methods that create risk and enable misuse. Downing Street: are you listening?
https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/apr/11/for-non-intrusive-tracking-of-covid-19-smartphones-have-to-be-smarter


Defy Orders, Says BJP Leader As Mamata Banerjee “Lets Flower, Sweet, Paan Shops Open”


Coronavirus West Bengal: “If I say this, I will be blamed of doing politics. But you tell me if this should be allowed to happen. This is becoming an issue as the Mamata Banerjee government has allowed flower, sweet, paan (betel) shops – everything to remain open.”

Union minister Babul Supriyo today criticised West Bengal Chief Minister Mamata Banerjees decision to allow opening of a big flower market amid the lockdown to control the COVID-19 pandemic and claimed that it would endanger public safety.

The senior BJP leader said the opening of the flower market would send a “wrong signal” that the state is not facing coronavirus threat.

Mr Supriyo, who had been criticising the CM in a series of posts on his Twitter handle on issues ranging from supply of testing kits to the state to alleged loot in ration items, on Saturday tweeted that by opening the Howrah flower market “the CM is endangering public safety and this reflects the dangerous state of affairs in West Bengal.”
https://www.ndtv.com/india-news/mamata-banerjee-lets-flower-sweet-paan-shops-open-amid-lockdown-defy-her-babul-supriyo-2210148


Zoos on high alert: Animals under watch 24×7, keepers told to keep social distance


Mumbai/Bahraich: The coronavirus scare is now beginning to spread to zoos since a tiger tested positive for the virus SARS-CoV-2 (Covid-19) at the Bronx Zoo in New York.

The Maharashtra zoo authority (MZA) has asked 13 zoos, rescue centres and national parks across the state, including Sanjay Gandhi National Park (SGNP) and the Byculla Zoo in Mumbai, to submit reports on suspected Covid-19 cases in animals by Sunday.

And the Uttar Pradesh Forest Department has begun to identify isolation enclosures and quarantine areas for wild cats in the two zoos, tiger reserves and sanctuaries in the state.

If there’s any real menace to the development reported from the Bronx Zoo, the worldwide Covid-19 pandemic is likely to acquire an altogether new dimension.

The instructions to zoos in the country came from the Central Zoo Authority (CZA) in an advisory to keep a watch on animals 24×7 for any abnormal behaviour and symptoms.

Zoos on high alert: Animals under watch 24×7, keepers told to keep social distance
Mumbai/Bahraich: The coronavirus scare is now beginning to spread to zoos since a tiger tested positive for the virus SARS-CoV-2 (Covid-19) at the Bronx Zoo in New York.

The Maharashtra zoo authority (MZA) has asked 13 zoos, rescue centres and national parks across the state, including Sanjay Gandhi National Park (SGNP) and the Byculla Zoo in Mumbai, to submit reports on suspected Covid-19 cases in animals by Sunday.

And the Uttar Pradesh Forest Department has begun to identify isolation enclosures and quarantine areas for wild cats in the two zoos, tiger reserves and sanctuaries in the state.

If there’s any real menace to the development reported from the Bronx Zoo, the worldwide Covid-19 pandemic is likely to acquire an altogether new dimension.

The instructions to zoos in the country came from the Central Zoo Authority (CZA) in an advisory to keep a watch on animals 24×7 for any abnormal behaviour and symptoms.

Keepers and handlers have been told not to go into the vicinity of animals without safety gear, preferably wearing Personal Protective Equipment (PPE). Also, zoos have been asked to isolate and quarantine sick animals. Keepers have been instructed to have the least contact while providing food to them.
https://www.asianage.com/science/110420/zoos-on-high-alert-animals-under-watch-24×7-keepers-told-to-keep-social-distance.html


Sudan’s Revolution One Year After Fall of the Dictatorship

The streets running from Sudan’s army headquarters to the University of Khartoum are quiet this week – shut down by order of the transitional government to stave off the worst effects of the incoming coronavirus.

It is a profoundly anti-climactic departure from the scene a year ago that witnessed young and old, students and professionals, Arab and African peacefully assembled – more than 1 million strong – demanding a new Sudan built upon the revolutionary ideals of “freedom, peace, and justice.”

The regime of Omar al-Bashir had commanded power for 30 years and its military and paramilitary forces were once again fanned out around the city last April preparing to yet again prolong the autocrat’s rule. But on this day, as the protesters stared into Bashir’s abyss of violence and oppression, they did not blink.

Sensing the protesters’ resolve, military and intelligence forces, for so long loyal to the aging dictator, stepped in and removed him from power unleashing a chain of largely peaceful events that for the first time in more than a generation has allowed Sudanese to contemplate what a new Sudan might resemble once freed from the fear, division, and isolation imposed upon them by its own rulers.
https://allafrica.com/stories/202004110117.html


Chad Troops Kill 1,000 Boko Haram Fighters


The Chadian army has killed 1,000 fighters during an operation against Boko Haram in the Lake Chad border region.

Army spokesman Colonel Azem Bermendoa Agouna said that 52 troops died during the operation, which was launched on March 31. “A thousand terrorists have been killed. Also, 50 motorised canoes have been destroyed, the colonel said, referring to a large boat also called a pirogue.

Agouna said the operation, which was launched after nearly 100 soldiers were killed in a Boko Haram attack last month, ended on Wednesday after the armed fighters were forced out of the country.
https://africalaunchpad.com/chad-troops-kill-1000-boko-haram-fighters/


Coca-Cola Suspends All Brands Advertising Campaign, Commits $120m to Fight COVID-19


According to her “from April and until further notice, we are putting commercial advertising of Coca-Cola and all our brands on hold. Our focus at this time is to ensure the safety and well being of our people and communities”. Speaking further, she said “in the immediate, we are working with our NGO partners to provide support towards COVID-19 communication, provision of protective kits and drinks for health workers. She stated that the company resolved to do this because it’s the right thing to do and because we know that by working together, we can make a difference.

The latest effort suspending forthwith all its brands advertising campaigns is the first in the history of the beverage giant as such an action was never contemplated by the company even during the First and Second World Wars. This stop order on the further brand advertising activities by Coca-Cola is also in line with steps already taken by some major advertisers locally and globally. Since the COVID-19 pandemic began and the lockdown aimed at containing the further spread of this deadly disease, some advertisers and brand owners have been compelled to put a stop to their brands the campaign as they have since diverted the bulk of their budgets to aids support and humanitarian services.


https://radarr.africa/coca-cola-suspends-all-brands-advertising-campaign-commits-120m-to-fight-covid-19/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=coca-cola-suspends-all-brands-advertising-campaign-commits-120m-to-fight-covid-19


Apple and Google partner on COVID-19 contact tracing technology


All of us at Apple and Google believe there has never been a more important moment to work together to solve one of the world’s most pressing problems. Through close cooperation and collaboration with developers, governments and public health providers, we hope to harness the power of technology to help countries around the world slow the spread of COVID-19 and accelerate the return of everyday life.


https://blog.google/inside-google/company-announcements/apple-and-google-partner-covid-19-contact-tracing-technology?fbclid=IwAR2i5r5o4qKF1iDHUAt6YFbUQNgv_k_hB6gyZHzYRTNqCgRkqTCoA4BdaVA


Une série de photos autour du monde: An Unimaginable Toll

https://www.theatlantic.com/photo/2020/04/coronavirus-unimaginable-toll-photos/609652/

People in protective suits offer funeral prayers for a man who died of the new coronavirus, before his burial at a graveyard in Dhaka, Bangladesh, on April 6, 2020. #


CANADA

Coronavirus Colonialism: How the COVID-19 Crisis Is Catalyzing Dispossession


It is clear that billionaire oil and gas CEOs see the COVID-19 crisis as an opportunity to push through their resource development plans that not only put Indigenous communities at risk of infection but also guarantee environmental degradation.

The coronavirus crisis is also testing Indigenous sovereignty. On March 18, citizens in the Nunavut community of Rankin Inlet blocked a road leading to the Agnico-Eagle Meliadine gold mine to help stop the spread of COVID-19. They wanted to prevent a planeload of itinerant workers from travelling to the mine for work. Dr. Michael Patterson, Nunavut’s Chief Medical Officer of Health, had asked non-essential people from outside the territory not to travel to Nunavut, and the residents of Rankin Inlet felt that the mine’s operation was not essential. Agnico-Eagle Meliadine disagreed and is bringing in workers from outside the territory to continue mining during the pandemic.

Similarly, the Haida Nation has asked tourists to stop visiting in an effort to protect citizens from the spread of COVID-19; however, many tourists are still flocking to Haida Gwaii for a holiday. The islands have two small hospitals with a limited number of beds and medical equipment, including just two ventilators. Though Pacific Coast Airlines, which flies from Vancouver to Masset, has now suspended flights to Haida Gwaii, BC Ferries is continuing its service from Prince Rupert to Skidegate and is transporting many outside tourists to the islands.

In Alberta, the United Conservative Party is using the coronavirus crisis and the drop in oil prices to backtrack on some of its promises. In late February, the UCP introduced a draconian budget, complete with plans to close 20 parks and recreational sites and turn over another 164 to private management. The government stressed, though, that it would not be selling off any Crown land and promised that it would instead enter into negotiations with municipalities and First Nations in the province to transfer land for local management. Just last week, however, the UCP announced that it had changed its mind and is now putting a 65-hectare grassland near Taber in the Treaty 7 region up for auction on March 31, with a starting bid of $440,000. This kind of disaster dispossession fits the mould of the “shock doctrine”—a right-wing government using a crisis to push through controversial ideas that prioritize private profit.

Though capitalists and colonial politicians often use emergencies to advance exploitative agendas, Klein argues that crises can also catalyze popular resistance. Catastrophes such as the current global pandemic bring our priorities into focus and can open up new opportunities to develop wider relations of compassion, reciprocity, and solidarity. Crises also make space for new ideas that we can use to radically transform society and put people before profit. Why bailout oil and gas companies who contribute to the climate crisis and ignore Indigenous rights when we can instead invest in health care, education, affordable housing, and renewable energy?
https://canadiandimension.com/articles/view/coronavirus-colonialism-how-crisis-is-catalyzing-dispossession


Construction on Trans Mountain pipeline goes on, company says, as First Nations concerned over COVID-19 risks
Some Indigenous communities are calling for a sharp halt to construction on major projects as COVID-19 cases in Canada continue to rise

Oil and gas workers in both British Columbia and Alberta fall under the “essential services” category, and so have remained on the job. However, in B.C. it is unclear whether those essential services extend to workers building new pipeline infrastructure, rather than existing plants and leases that feed daily demand.

Some Indigenous communities are calling for a sharp halt to construction on major projects as COVID-19 cases in Canada continue to rise. In a letter to Trudeau on Monday, the Union of B.C. Indian Chiefs called on Ottawa to “act swiftly” and shut down all construction of the Coastal GasLink project, which would feed gas into the $40-billion LNG Canada facility on the West Coast.

There are several decisions being made across the country regarding who is an essential worker

“The risks posed by continued work on the Coastal GasLink project are ones that were not consented to, and ones that leaders and officials raised warnings about in advance of the project’s approval,” the group said.

A list of essential services issued by B.C. included infrastructure that is “critical in supporting daily essential electricity needs” as well as oil and natural gas production.

The Alberta government published a list of essential services that more explicitly included “energy” construction projects that “ensure safe and reliable operations of critical provincial and municipal infrastructure.”

Transportation and transit were also included as essential construction projects.
https://nationalpost.com/news/construction-on-trans-mountain-pipeline-goes-on-company-says-as-first-nations-concerned-over-covid-19-risks


Indigenous fear Canada work camps will be coronavirus incubators

Construction work on pipelines, dams raises risk of COVID-19 spread, harm to nearby communities, Indigenous leaders say.
The state of emergencies and actions taken by BC Hydro and other utilities has not assuaged the concerns of some Indigenous community members and advocacy groups, who continue to raise concerns about COVID-19’s spread at industrial work camps.

The Union of British Columbia Indian Chiefs (UBCIC) on March 30 called for work to be suspended on Coastal GasLink, a pipeline project that faces staunch opposition from members of the Wet’suwet’en Nation in northern BC and sparked nationwide protests earlier this year, over the issue.

“The camps represent a concentration of a transient workforce that are living in close proximity,” said Grand Chief Stewart Phillip, the UBCIC president. “It’s a ripe breeding ground for [the] spread of the COVID-19 virus, which in turn could spread into our communities.”

Last week, Canadian media outlets reported that an employee working on LNG Canada’s liquefied natural gas export facility in Kitimat, in northwest BC, tested positive for COVID-19. The worker went home to self-isolate. “Currently, no one staying at the lodges has tested positive for COVID-19,” an LNG spokeswoman told Global News.
https://www.aljazeera.com/indepth/features/indigenous-fear-canada-work-camps-coronavirus-incubators-200406115720000.html


Financier predicts new respect for oilpatch as Canada recovers from pandemic


Calgary energy investor Mac Van Wielingen says there’s an opportunity for the oil and gas sector to regain public respect and support when Canada tries to restore its economy after the COVID-19 pandemic ends.

The industry has suffered since global oil prices tumbled in 2014 but it’s been made worse by national policies that are hostile toward the fossil fuel industry, the co-founder of ARC Financial Corp. said in a keynote speech on the webcast Scotiabank Canadian Association of Petroleum Producers Energy Symposium on Wednesday.

Pulling out of the current sharp downturn in the economy that has resulted in millions of employment insurance claims will require a major contribution from the oilpatch, he said.

“We’ve been through now about six years of difficult markets and what seemed like interminable —sometimes hellish — hostility and resistance to our industry,” Van Wielingen said.

“What is different now is that Canadians are going to see and experience extremely difficult conditions in all respects within Canada, including skyrocketing national and provincial deficits.

“There’s no question in my mind it’s going to force more realism, more pragmatism, and a reordering of our central priorities. Exactly to what extent, we’ll have to see.”

The recovery from the recession will require support for oil and gas workers and communities but it doesn’t mean the country should pin its hopes on another oil boom, said Greenpeace Canada campaigner Keith Stewart.

“True pragmatism would recognize that oil is a sunset industry and that the energy industry of the future will be zero-carbon renewables,” he said.

“Oil and gas aren’t going to disappear overnight, but the boom times aren’t coming back.”
https://www.winnipegfreepress.com/business/financier-predicts-new-respect-for-oilpatch-as-canada-recovers-from-pandemic-569479762.html


Ontario suspends environmental oversight rules, citing COVID-19

The Ontario government has suspended key environmental protection oversight rules, saying they could hinder its response to the COVID-19 pandemic.

The change allows the Progressive Conservative government to push forward projects or laws that could significantly impact the environment, without consulting or notifying the public. Critics say they fear the relaxed rules could be used to skirt environmental oversight for projects unrelated to COVID-19.

Under the new regulation, government ministries do not have to consult the public or consider environmental values as they make decisions. The regulation doesn’t specify that those decisions must be related to COVID-19.

“At this point I will give the benefit of the doubt to the government … but we will be watching very closely,” said Ontario NDP environment critic Ian Arthur.

“The danger of this could be if it was done for political reasons.”
https://www.nationalobserver.com/2020/04/08/news/ontario-suspends-environmental-oversight-rules-citing-covid-19


Sélection Sur les fils Sars-Cov Info https://t.me/nCovFR et COVID-Pandemic 19: https://ko-fi.com/covid_19pandemic_breaking et SARS-COV Info: https://ko-fi.com/covid_19pandemic_breaking et Coronaviurs Infolive: https://ko-fi.com/covid_19pandemic_breaking

SARS-CoV-2-INFO, [11 Apr 2020 at 09:00:31]:
🇫🇷 Confronté à l’opinion publique scandalisée par ses facturations aux familles, OGF, qui gère la morgue temporaire de Rungis, annonce qu’il prendra finalement en charge « l’intégralité des frais »

Sans doute conscient de la dégradation vertigineuse de son image dans l’opinion publique, le groupe funéraire OGF qui gère la morgue temporaire de Rungis (94) tente désespérément de renverser la tendance.

OGF, qui contrôle notamment la marque PFG (Pompes funèbres générales) annonce qu’il prendra désormais en charge l’intégralité des frais.

SARS-CoV-2-INFO, [11 Apr 2020 at 09:01:20]:
🇪🇨 En Equateur, une centaine de détenus de six prisons contribuent à la constructions de cercueils en bois pour les personnes décédés du COVID-19.

SARS-CoV-2-INFO, [11 Apr 2020 at 09:01:39]:
🇫🇷 Le Covid-19 est entré dans près de 60% des EHPAD d’Ile-de-France (ARS)

Selon le directeur général de l’Agence régionale de santé, environ 400 des 700 EHPAD d’Ile-de-France connaissent « au moins un cas de Covid-19 ».

Aurélien Rousseau précise que « la contagion progresse vite », notamment parmi les personnels. « Nous sommes dans un contexte où le nombre de personnes contaminées parmi les personnels s’accroît à la même vitesse que dans la population générale », dit-il. (Actu140)

SARS-CoV-2-INFO, [11 Apr 2020 at 09:02:19]:
💊 Plus de deux tiers des patients atteints de COVID-19 gravement malades ont vu leur état s’améliorer après un traitement au remdesivir, un médicament expérimental développé par Gilead Sciences Inc.

La nouvelle analyse inclut des patients aux États-Unis, en Europe, au Canada et au Japon qui ont reçu une cure de 10 jours de remdesivir intraveineux.

Avant le traitement, 30 patients étaient sous respirateurs et quatre étaient sur une machine qui pompe le sang du corps du patient à travers un oxygénateur artificiel. Après un suivi médian de 18 jours, 36 patients, soit 68%, ont connu une amélioration de la classe de soutien en oxygène, dont plus de la moitié des 30 patients bénéficiant d’une respirateurs mécanique dont les tubes respiratoires ont été retirés. Au total, 25 patients, soit 47%, sont sortis de l’hôpital. Sept patients, 13% du total, sont décédés.

Douze patients, 23%, ont présenté des effets secondaires graves, notamment un syndrome de dysfonctionnement d’organes multiples, un choc septique et une atteinte rénale aiguë.

«Nous attendons avec impatience les résultats des essais cliniques contrôlés pour potentiellement valider ces résultats», a écrit le Dr Jonathan Grein, principal auteur du document et directeur de l’épidémiologie hospitalière au Cedars-Sinai Medical Center, à Los Angeles. (Reuters)

SARS-CoV-2-INFO, [11 Apr 2020 at 09:02:28]:
🇺🇸 🇮🇷 L’administration Trump cherche à empêcher le Fonds monétaire international de fournir un prêt d’urgence de 5 milliards de dollars à l’Iran pour l’aider à lutter contre la pandémie. (CNN)

COVID-19 Pandemic – Breaking, [21 125 vues, 11 Apr 2020 at 09:03:01]:
🇸🇦 The senior Saudi prince who is governor of Riyadh is in intensive care with the coronavirus. Several dozen other members of the royal family have been sickened as well. And doctors at the elite hospital that treats Al-Saud clan members are preparing as many as 500 beds for an expected influx of other royals and those closest to them, according to an internal “high alert” sent out by hospital officials.

“Directives are to be ready for V.I.P.s from around the country,” the operators of the elite facility, the King Faisal Specialist Hospital, wrote in the alert, sent electronically Tuesday night to senior doctors. A copy was obtained by The New York Times.

“We don’t know how many cases we will get but high alert,” the message stated, instructing that “all chronic patients to be moved out ASAP” @COVID19Up @coronavirusinfo SOURCE

COVID-19 Pandemic – Breaking, [6 943 vues, 11 Apr 2020 at 13:48:18]:
🇪🇸 Spain: Healthcare workers applaud in memory of their co-worker Esteban, a male nurse that died of the coronavirus disease at the Severo Ochoa Hospital in Leganes, near Madrid. @COVID19Up

COVID-19 Pandemic – Breaking, [7 520 vues, 11 Apr 2020 at 13:48:37]:
🇹🇳 Tunisia: The Tunisian army used a helicopter to unceremoniously end a football match that violated a countrywide lockdown. @COVID19Up

SARS-CoV-2-INFO, [11 Apr 2020 at 13:54:14]:
🇫🇷 La France a décidé d’autoriser les personnes à l’extérieur pour adopter un animal de compagnie dans des refuges pour animaux, malgré les mesures strictes de confinement. (AFP)

SARS-CoV-2-INFO, [11 Apr 2020 at 13:54:21]:
🇺🇸🇺🇳 Le président américain Donald Trump a promis une “annonce” la semaine prochaine concernant le financement de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), quelques jours après ouvertement menacé de suspendre la contribution américaine

SARS-CoV-2-INFO, [11 Apr 2020 at 13:54:29]:
🇬🇧 La primatologue britannique de renommée mondiale Jane Goodall dit que la pandémie de coronavirus a été causée par le mépris de l’humanité pour la nature et le manque de respect pour les animaux.

SARS-CoV-2-INFO, [11 Apr 2020 at 13:54:42]:
🇺🇳 Le chef de L’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a déclaré que si certains États envisageaient des moyens d’alléger les restrictions qui ont placé environ la moitié de l’humanité sous une forme de confinement, le faire trop rapidement pourrait être dangereux.

“Je sais que certains pays planifient déjà la transition hors des restrictions de séjour à la maison. Qui veut voir les restrictions levées autant que n’importe qui”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Genève.

“Dans le même temps, lever les restrictions trop rapidement pourrait conduire à une résurgence mortelle. La descente peut être aussi dangereuse que la montée si elle n’est pas gérée correctement.”

SARS-CoV-2-INFO, [11 Apr 2020 at 14:58:56]:
🇫🇷 « Le déconfinement n’arrivera pas avant de très longues semaines », affirme sur RTL le chef des urgences de l’hôpital Pompidou à Paris

Invité de RTL à la mi-journée, le professeur Philippe Juvin, chef du service des urgences de l’hôpital européen Georges Pompidou à Paris, explique que « le déconfinement doit arriver par vagues, peut-être en libérant d’abord les plus jeunes ».

Pour ne pas subir une 2e vague de contaminations par la suite, le professeur Juvin estime qu’« il faut tester la population pour libérer d’abord ceux qui ont eu le virus et utiliser l’intelligence artificielle pour identifier les clusters qui pourraient émerger ».

« Il faut également augmenter le nombre de lits de réanimation, et donner des masques à la population”, explique encore Philippe Juvin, pour qui « le déconfinement général n’aura pas lieu avant de très très longues semaines. » (Actu140)

COVID-19 Pandemic – Breaking, [7 230 vues, 11 Apr 2020 at 15:07:27]:
🇪🇬 Egypt: A large gathering in Daqhaliat village in Egypt in protest against allowing an Egyptian doctor who died from COVID-19 to be buried in her village.

Security forces then dispersed the gathering with tear gas, and arrested 15. She was later buried successfully. @COVID19Up

COVID-19 Pandemic – Breaking, [6 812 vues, 11 Apr 2020 at 15:07:35]:
🇱🇧 Pictures from the community aid in Lebanon being distributed to the less fortunate families. @COVID19Up

COVID-19 Pandemic – Breaking, [6 990 vues, 11 Apr 2020 at 15:40:05]:
🇬🇧 UK: 24 year old woman in Wales sentenced to six months prison for spitting in face of emergency worker and claiming to have coronavirus. @COVID19Up